Interview Exclusif

Entretien avec ROLLY

04/10/2021 2021-10-04 12:00:00 JaME Auteur : JBH, Lucy C.H., Aude Traducteur : JBH Translator (EN-JP) : Tomo Translator (JP-EN) : Pareesa Madjd Correcteur : Tomo

Entretien avec ROLLY

L'équipe de JaME a eu l'honneur d'interviewer la star du glam rock japonais ROLLY, le chanteur et fondateur du groupe Scanch.


© ROLLY. All rights reserved.

© ROLLY. All rights reserved.
Au début de l'année, ROLLY, chanteur et guitariste reconnu, et l'une des principales figures de proue du glam rock au Japon, nous a accordé une interview exclusive pour parler de sa carrière et de ses futurs projets.

Si la plupart des fans japonais connaissent probablement ROLLY pour sa carrière musicale et son travail en tant que leader du groupe de glam rock Scanch, en Occident, il est surtout connu pour ses talents d'acteur, notamment pour son interprétation du rôle de Genesis dans le thriller japonais de 2002 "Suicide Circle". Il est également apparu dans les films "Swallowtail" et "Get It On ?" et a prêté sa voix au personnage de Yaha dans le jeu PlayStation 2 "Drag-on Dragoon 2". Lisez la suite pour en savoir plus sur son personnage unique et son illustre carrière.

Pourriez-vous vous présenter, pour les lecteurs qui ne vous connaissent pas encore ?

ROLLY : Bonjour, je m'appelle ROLLY. Après avoir débuté comme chanteur et guitariste du groupe Scanch en 1990, j'ai été choisi pour jouer le rôle de Frank-N-Furter en 1995 dans la comédie musicale "The Rocky Horror Picture Show", que vous connaissez peut-être tous. Pendant les 30 années suivantes, je suis resté actif en faisant de la musique rock, du théâtre, des films et des émissions de télévision pour enfants. Je suis un Vierge de 57 ans qui va bientôt en avoir 58. Mon plat préféré est la saucisse de Francfort.

En 2020, vous avez célébré le 30e anniversaire de vos grands débuts avec le groupe Scanch. Pouvez-vous nous en dire plus sur ce groupe ? Pourquoi vous êtes-vous lancé dans une carrière musicale, et quelles étaient vos influences à l'époque ?

ROLLY : Nous sommes un groupe de rock de quatre membres nommé "Scanch", un mot d'argot de la région du Kansai au Japon qui, lu à l'envers, signifie "l'odeur du fromage", selon mon ami américain.

Un jour, après avoir vécu huit ans dans l'obscurité dans ma ville natale d'Osaka, que l'on appelle le Hollywood du Japon, un recruteur de Sony Records m'a soudainement appelé et m'a dit : "J'ai écouté ta musique. Je vais vous emmener jusqu'au Madison Square Garden !" (Note supplémentaire : C'était comme une phrase tentante, comme si elle disait "Je vous rendrai assez grand pour vous produire en concert sur une grande scène à l'étranger !").

J'ai été inspiré par "The Rocky Horror Picture Show" ainsi que par les films et la musique de Disney. De même que par  Queen et Led Zeppelin ou encore par les Allemands Scorpions et FRUMPY. J'ai également été influencé par des groupes de glam rock comme Gary Glitter.

Vous êtes un fan du "Rocky Horror Picture Show", de Tim Burton et du groupe KISS. Diriez-vous que vous aimez un certain style de vie et une vision du rock & roll exagérée, glam, kitsch/maniérée, humoristique ?

ROLLY : Je pense qu'énumérer mes films préférés vous donnerait une idée de mes intérêts, alors je vais en citer quelques-uns : "TOMMY", "Phantom of the Paradise" "The Rocky Horror Picture Show" "House of 1000 Corpses", "Velvet Goldmine", "This Is Spinal Tap" et "Galaxy Quest". Quand je ne suis pas sur scène, je ne suis pas différent de la moyenne des Japonais d'âge moyen. (Parce que c'est le Japon.)

En Occident, on vous surnomme souvent "le David Bowie japonais". Comment vous sentez-vous quand vous lisez cela ? Bowie a-t-il été une influence importante pour vous en tant qu'artiste ?

ROLLY : Il y a une vingtaine d'années, un réalisateur français est venu tourner un faux documentaire sur une superstar fictive ressemblant à David Bowie qui est morte et dont les amis se remémore les souvenirs. Le réalisateur français m'a rendu visite et m'a emmené faire un tour en voiture. J'ai également eu une interview fictive pour ce documentaire au Rainbow Bridge. Même si elle était fausse, c'était un grand honneur d'être choisi pour jouer le rôle de l'ami de David, car David Bowie est admiré par tous les terriens. Cependant, il n'y avait aucune information sur la sortie ou non du film, et on m'a appelé le garçon qui a crié au loup.

Vous cultivez une apparence très androgyne à travers l'utilisation du maquillage et d'un style glamour. Qu'est-ce qui vous pousse à faire de tels choix artistiques et esthétiques ?

ROLLY : Quand j'avais trois ans, je mettais secrètement un soutien-gorge et une culotte, du maquillage et des collants en résille et je ressentais un plaisir extrême quand je me regardais dans le miroir. Je pensais à la beauté séduisante et à la voix chantante de personnes comme Marlene Dietrich et Greta Garbo que j'avais vues à la télévision et dans les magazines et je me disais : "Je veux devenir comme ça, moi aussi !". Et puis la vieille femme de ménage m'a vu et a convoqué une réunion de famille et on m'a interdit de me travestir pendant de nombreuses années.

On dit souvent que la société japonaise est régie par la conformité. Il existe de nombreuses règles, dont beaucoup sont strictes et pourtant tacites. Dans votre jeunesse, et peut-être même aujourd'hui, vous avez peut-être eu l'impression d'être un cas à part, une personnalité provocante et parfois incomprise. Et pourtant, vous êtes resté fidèle à vous-même jusqu'à ce jour. Que pensez-vous des jeunes d'aujourd'hui et quel serait le message que vous leur adresseriez ?

ROLLY : J'apprécie que vous posiez cette question après avoir compris ce que c'est pour moi d'exister dans la société japonaise. Donc, ma réponse à votre question est : "Même si vous cherchez la terre... non, le système solaire et l'espace, vous êtes le seul vous, donc vous êtes le centre de l'univers entier et la star de votre propre film documentaire magnifique et spectaculaire !" Je pense qu'il est important pour eux de savoir que la terre veille sur nous et surveille nos bonnes et mauvaises actions, et cela ne s'applique pas seulement aux humains mais s'étend même aux animaux, aux oiseaux, aux poissons, aux arbres, à l'eau et aux micro-organismes.


Certaines personnes disent que le visual kei est un sous-genre du glam rock. Que ce soit en tant qu'artiste solo ou avec Scanch, vous n'avez jamais été étiqueté en tant qu' artiste visual kei. A votre avis, qu'est-ce qui différencie le glam rock du visual kei ?

ROLLY : C'est une question très intéressante. Je suis vraiment désolé si je me trompe, mais je vais donner mon propre avis. Le visual kei est de couleur "violet foncé" et le thème est "la mort". Les performances sont très habiles et elles transforment la solitude ou une vision interne sombre du monde en un maquillage magnifique tout en mangeant parfois des onigiri de la supérette. De plus, il y a beaucoup de gens qui sont très intelligents et qui montrent leurs talents dans les affaires.

Comparé au visual kei, le glam rock est de couleur "or" et le thème est "vivre à Dubaï". Les spectacles de ce genre ont disparu depuis longtemps, l'influence du vieux rock est donc prévalente et une méthode de jeu légère n'est pas interdite. Mais personne ne s'est produit de la sorte depuis près de 40 ans. Si quelqu'un devait faire ça, il se retrouverait dans le genre metal. Il s'agit d'un maquillage qui s'élève à la beauté et à l'esthétique et qui incarne la vie de cette personne en tant qu'interprète, et les personnes qui en jouent seront respectées du simple fait qu'elles ont une longue carrière.

Vous êtes surtout connu en Occident pour votre rôle de Muneo "Genesis" Suzuki dans le film "Suicide Circle", mais vous avez également joué dans d'autres films et productions télévisées. Vous avez également prêté votre voix à plusieurs personnages, comme Yaha dans le jeu vidéo "Drag-On Dragoon 2" et Tamatoa dans le film d'animation "Moana". Pourquoi avez-vous choisi de vous orienter vers le métier d'acteur ?

ROLLY : J'ai été influencé par les productions Disney et les films musicaux que j'avais regardés dans mon enfance, ainsi que par des films cultes. Depuis que je suis enfant, je fais des comédies musicales avec mes deux sœurs aînées et mon cousin (Makihara Noriyuki, un auteur-compositeur-interprète de premier plan au Japon pendant de nombreuses années) qui a six ans de moins que moi. Pour une raison ou pour une autre, je n'ai jamais suivi de cours de chant ou d'entraînement vocal.

Vous êtes apparu dans la plupart des épisodes de "Rock Fujiyama", une émission de télévision hors normes produite par Marty Friedman, guitariste de Megadeth. Pouvez-vous nous dire comment vous avez connu Marty Friedman et comment vous avez été impliqué dans cette émission ?

ROLLY : Il y a environ 14 ans, il y avait un programme TV appelé "Heavy Meta-san" avant "Rock Fujiyama" où je jouais dans la rubrique appelée "Riff Leader" où vous deviez vous battre à tour de rôle avec des riffs de guitare metal. La première chanson que j'ai jouée était Cat Scratch Fever de Ted Nugent, qui était célèbre en Amérique mais totalement inconnue des Japonais. Nous nous sommes enthousiasmés en parlant de cette chanson, et j'ai réalisé qu'en dehors du hard rock, j'aimais étonnamment aussi la musique bubblegum, et nous sommes devenus amis.

Un certain nombre d'invités qui ont laissé un fort impact sur l'histoire du rock japonais ont participé à "Rock Fujiyama". Pouvez-vous vous rappeler un moment mémorable avec un invité, ou tout autre incident de l'émission qui vous a laissé une forte impression ?

ROLLY : Paul Gilbert de Mr. Big et le riff de guitare "AtoZ" de Marty étaient un match formidable ! Après tout, ces deux-là jouaient certainement à un tempo plus rapide que la chanson originale. Et avec précision ! Aussi, lorsque Shinya, le batteur de LUNA SEA, a fait un mashup de Soran Bushi (une chanson folklorique japonaise) et de Whole Lotta Love de Led Zeppelin. Marty et moi avons toujours joué ensemble, donc je n'avais aucun rythme et j'étais très nerveux à ce moment-là, mais quand Shinya a joué, c'était explosif ! J'ai également joué dans un groupe de trois personnes avec Andrew WK, et peu importe les chansons que nous avons jouées, ses prestations étaient incroyables ! Et je suis sûr qu'il est venu en vêtements normaux, mais il se changeait en son habituel T-shirt blanc avant de monter sur scène. Mais c'était une personne très agréable.

Vous vous produisez régulièrement au festival de la chanson "Bastille Day" de Paris et vous avez même donné un concert de chansons françaises à Paris en 2003. Comment avez-vous connu la chanson française et qu'est-ce que vous aimez tant dans cette musique ?

ROLLY : L'origine de ma musique vient de Lili Marleen de Marlene Dietrich, donc j'ai naturellement aussi écouté Édith Piaf. Au contraire, quand j'écoutais Killer Queen de Queen, je m'écriais "C'est comme les Champs-Élysées !". J'ai découvert de nombreuses perles musicales de Queen dans la musique d'Édith Piaf.

Avez-vous un artiste français préféré ou un artiste français avec lequel vous aimeriez collaborer ?

ROLLY : Sylvie Vartan, Plastic Bertrand et Téléphone.

Qu'est-ce que vous appréciez le plus dans la culture française ?

ROLLY : Quand je suis allé à la Tour Eiffel, j'ai entendu de la musique jouée par un vieil appareil musical automatique (un très grand orgue de barbarie) sur la place et je l'ai écouté pendant un moment. J'aime tellement les orgues de barbarie que j'en possède même un.

Le 10 février dernier, vous avez diffusé votre ROLLY QUATRO SHOW2021 en live stream, qui n'a malheureusement pas pu être diffusé en dehors du Japon. Une fois la pandémie maîtrisée, continuerez-vous à diffuser certains de vos concerts en live stream afin de toucher les fans qui ne peuvent pas assister à vos spectacles en personne ?

ROLLY : C'est très probable ! Mes spectacles sont toujours destinés pour le monde entier, donc j'espère que vous attendrez encore un peu et que vous pourrez les voir. En attendant, j'espère que vous prendrez plaisir à me regarder sur YouTube.

Quelle est la prochaine étape pour ROLLY ? Y a-t-il quelque chose de nouveau que vous aimeriez essayer en tant qu'artiste cette année ?

ROLLY : Je vais faire de mon mieux pour faire connaître ROLLY aux personnes du monde entier qui ont des goûts légèrement anormaux et pour qu'elles m'apprécient autant que possible.

Avez-vous un message pour les lecteurs de JaME ?

ROLLY : : Ceci a été traduit dans de nombreuses langues différentes et vous le lisez maintenant. Quand nous serons un jour capables de nous parler par télépathie, soit par un développement technologique, soit par une mutation humaine, dites-moi de quelle manière Scanch (odeur de fromage) vous a été expliqué et traduit. (rires)

JaME tient à remercier ROLLY et Sony Music Artists pour avoir rendu cette interview possible.

Scanch a célébré le 30è anniversaire de ses débuts en major en 2020, et avait prévu d'entamer une tournée cette année-là pour marquer l'occasion. Cependant, en raison de la pandémie de coronavirus, les dates ont dû être reprogrammées. Leur SCANCH'N UTOPIA TOUR a débuté au CLUB CITTA à Kanagawa le 1er août dernier. Davantage de détails sur les prochaines représentations de ROLLY sont disponibles sur son site officiel.

Une bande-annonce du SCANCH'N UTOPIA TOUR est disponible ci-dessous:
PUBLICITÉ

Galerie

Dernières news

Top Oricon 2022 n°3
Top Oricon 2022 n°2
Top Oricon n°52
Top Oricon n°51
Top Oricon n°50
Mary's Blood annonce une pause
Top Oricon n°49
Interview de Kazuko Matsumoto
PUBLICITÉ

Derniers articles

PUBLICITÉ

Artistes liés

ROLLY © ROLLY. All rights reserved.
ROLLY
Scanch © Scanch. All rights reserved.
Scanch
PUBLICITÉ