Biographie

Il y a 13 ans, Boris sortait l’album Pink

28/11/2019 2019-11-28 10:44:00 JaME Auteur : Lucy C.H.

Il y a 13 ans, Boris sortait l’album Pink

Avant leur passage par la capital parisienne, nous revisitons l'album qui a lancé Boris, le groupe culte adulé par les fans de drone et de noise de toute la planète.


© Miki Matsushima

© Miki Matsushima

Rose est la vie selon Piaf, rose est la couleur du mercredi pour les lolitas malgré soi, rose est la fleur qui ne vient jamais sans épines, rose est le téléphone qui fait plaisir mais coûte cher et rose est aussi le dixième album du groupe inclassable Boris


Le nom vient d’une vieille chanson des Melvins. La basse à fond, le tempo comme des pas de géant qui approchent, le Boris d’origine est un dur à cuire qui semble aimer un peu trop les substances hallucinogènes, un bon prélude pour le groupe qui se formerait à Tokyo l’année suivante, empruntant son nom au passage. Le Boris du pays du soleil levant est un trio composée de Atsuo Mizuno à la batterie,Takeshi Ohtani à la basse et Wata à la guitare et au clavier. Premier détail qui cloche, la présence d’un élément féminin (Wata) dans un groupe de métal à une époque où les Show-Ya et compagnie froufroutaient, encore bien enfermées dans les cabinets de curiosités des critiques musicaux. Deuxième, ce n’est pas dans leur pays natal que Boris connaîtront la popularité, mais de l’autre côté de l’océan - est c’est avec Pink que tout a commencé. 


Reçu avec enthousiasme par la presse anglophone et par les acolytes du métal alternatif, ce mélange hétéroclite de stoner, drone et noise rock ira même taper dans l’oeil de Jim Jarmusch, qui intègre quatre de leurs tracks dans la bande sonore de son film Les limites du contrôle, sorti en 2009. Et si Jarmusch est sur le coup, le mainstream ne l’est pas. L’équation est simple est les variables sont mutuellement exclusives. Pour Boris, rien de nouveau sous le soleil, le pari est pris : le trio restera un groupe niche mais emblématique de tout un genre musical, bien perché sur la bordure nébuleuse de la galaxie du rock psychédélico-expérimental en compagnie d’autres vraies pépites dont on peut nommer la genèse de The Velvet Underground, La Monte Young, My Bloody Valentine ou encore leurs compatriotes Corrupted


Pink est fidèle à l’inquiétante étrangeté de ce groupe très souvent incompris ou classé à la va-vite dans la vaste et souvent insipide catégorie de la musique alternative, voire ambiante. Pink est un album qui respire et dont les troublantes saccades commencent à nous sévir depuis le tout premier titre, le sublime Farewell (決別). Celui-ci enchaîne sur Pink et Woman on the screen (スクリーンの女), qui accélèrent le tempo avec des chœurs qui tirent vers le grunge. Le rythme reste célère et atteint peut être son sommet avec Nothing Special (別になんでもない), qui frôle déjà les fourreaux du punk. Blackout (ブラックアウト), de son côté, est triomphale et apocalyptique, parcimonieuse en paroles et imbibée d’un long cri de rage. Electric reste fidèle à son nom, ainsi que Pseudo Bread (偽ブレッド, si l’on peut dire que le concept de pain factice se traduit par un accord, c’est bien celui-là !). La progression vers le noise se fait sans coupures, et Afterburner (ぬるい炎) et Six, Three Times (6を3つ) sont de bons témoins de cette intention. Déjà My Machine, que certains reconnaîtront du film Confessions (告白, Tetasuya Nakashima, 2010) comprend un sublime solo de guitare entrecoupé de touches de percussion patibulaire qui aboutissent vers un ton continu, temps suspens avant le grand retour du tumulte et de la fureur avec un long track progressif, Just Abandoned Myself (俺を捨てたところ). 


Depuis Pink, Boris ont été prolifères, avec non moins de quinze albums studio sortis au fil de la dernière décennie, tous enregistrés en analogique, dont le dernier, LφVE & EVφL, est paru en début octobre de cette année. Ils seront en concert au Gibus Club, à Paris, le 11 décembre 2019. Les billets sont encore en vente, mais en tout cas nous vous promettons, bien évidemment, un live report digne de ce nom.


PUBLICITÉ

Artistes liés

Sorties liés

Album 33 tours 08/2019 2019-08-31
Boris
Album CD 2016-07-06 2016-07-06
Boris
PUBLICITÉ