Interview Exclusif

Interview avec AYØ

24/10/2019 2019-10-24 06:17:00 JaME 296 vues Auteur : YaK

Interview avec AYØ

Interview croisée de la chanteuse AYØ et de Kevin qui l’assiste dans ses productions en assurant la partie musicale. Coup de cœur de la rédaction, il était temps d’en savoir plus sur ce duo spécialisé dans les covers de DIR EN GREY.


© AYØ - All Rights Reserved

© AYØ - All Rights Reserved

AYØ nous a fait le plaisir de répondre à nos questions et nous avons aussi des réponses de Kévin en bonus!

Commençons avec une rapide présentation. Dis nous s’il te plait qui es-tu, ton âge et ton pays de naissance. Peux-tu également nous en dire plus à propos de ton pseudo AYØ ?

AYØ : Je m’appelle Anna, je suis polonaise et j’ai 27 ans. Le surnom AYØ vient de mon adolescence et il ne veut rien dire de spécial, c’était juste un surnom cool qu’utilisait mes ami(e)s et du coup c’est resté et je l’ai gardé en nom de scène. Je sais que cela ressemble curieusement à Kyo (ndlr : le nom du chanteur de DIR EN GREY) mais je n’y suis pour rien ! rires

Kevin : J'ai 30 ans et je vis en France. Pour faire simple, je m'occupe des instruments et de la vidéo.

Est-ce que cela fait longtemps que tu chantes ? Joues-tu d’un instrument ?

AYØ : Oui je chante depuis que je suis petite mais je n’ai reçu aucune formation professionnelle, j’ai appris toute seule en autodidacte. Je ne joue d’aucun instrument donc il m’est impossible d’écrire de la musique seule.

Comment as-tu découvert la musique japonaise ? Quels sont tes artistes favoris ?

AYØ : Plus jeune, j’étais une grande fan de manga et d’anime, j’ai donc vu des openings et des endings et me suis intéressée aux artistes. Les chansons japonaises changent de la musique mainstream et étaient bizarrement intéressantes pour moi. Je me rappelle m’être vraiment prise au jeu en entendant la chanson de X JAPAN « X » en tant qu’opening de X de Clamp : la chanson est trop cool et le rythme dément. Puis j’ai découvert d’autres groupes : DIR EN GREY, Mucc, Girugamesh, One ok rock, Abingdon Boys School et plein d’autres groupes de j-rock qui étaient actifs dans les années 2000. Je suis aussi une fan invétérée du groupe Sound Horizon.

Kevin : J'ai découvert la musique japonaise avec DIR EN GREY, dans un magazine spécialisé au début des années 2000. C'est devenu très vite mon groupe favori. Je n'écoute pas beaucoup de musique japonaise, mais je dois dire que Nujabes manque à notre époque.

Quels sont tes goûts musicaux en dehors de l’archipel ?

AYØ : J’aime beaucoup de genres différents et il y en a tellement ! en ce qui concerne mes incontournables côté métal ce sont System Of A Down et Tool. En ce moment j’aile bien les chanteuses alors j’écoute Arch Enemy, The Agonist, Jinjer. Ces temps ci j’apprécie aussi des choses plus mainstream comme la pop ou le rap. J’ai même écouté de la k-pop et du k-rap. En tant que chanteuse, mon répertoire est large lui aussi.

Kevin : J'ai récemment écouté beaucoup de livres audio. Comme AYØ, j'ai énormément de groupes qui me viennent à l'esprit mais si je devais en garder quatre, je dirai Joy Division, Django Reinhardt, Billie Holiday et Tool. De manière générale je regarde d'abord ce que les paroles signifient, il n'y a pas de style que je déteste.

Parlons un peu de DIR EN GREY, le groupe dont tu as fait le plus de covers. Les as-tu déjà vu en live ? leur as-tu envoyé tes travaux ? Te connaissent-ils ?

AYØ : DIR EN GREY est vraiment mon groupe « âme soeur » si je puis dire. C’est bizarre mais ce sont les seuls artistes auxquels je me sens quelque part connectée à un certain niveau. Avec DIR EN GREY, ça a toujours été plus fort que juste apprécier leur musique. Je les ai découvert juste avant la sortie de leur album « Uroboros » avec la chanson « Kasumi ». j’ai d’abord eu un peu peur en faisant des recherches sur eux quand je suis tombée sur leur période visual kei à l’époque de Gauze puis je suis tombée amoureuse de leur période Macabre avec leur style gore, horrifique. Je les ai vu en Pologne en 2011 et j’ai prévu de retourner les voir en 2020. Les concerts ne sont pas vraiment mon truc alors je n’y vais pas si souvent que cela.

Kevin : J'ai vu DIR EN GREY une dizaine de fois en concert, la première était en 2005 à l'Olympia. J'ai beaucoup de tatouages en rapport avec ce groupe, qui a influencé une partie de ma vie, peut-être trop parfois. Mais je ne me considère pas comme un puriste. J'ai apprécié toutes leurs époques, même si ma préférée est celle de Dum Spiro Spero. Cet album reste à mes yeux comme l'apogée de leur univers. Pour le fait de savoir s’ils connaissent nos travaux, je n'en ai aucune idée.

Combien de temps te prend une cover ?

AYØ : Cela dépend de la chanson bien sûr mais cela peut prendre jusqu’à deux mois. Ce n’est encore qu’un loisir et nous avons tous les deux notre propre travail à côté. Chaque nouveau projet nous prend de plus en plus de temps et cela devient compliqué, en particulier avec les vidéos. Par exemple, nous avons commencé de travailler en juillet sur notre dernier titre (il vient de sortir le 12 octobre)

Kevin : Comme l'a dit AYØ, cela dépend de la chanson. La dernière que nous venons de sortir m'a demandé beaucoup de travail de réinterprétation. Le processus peut varier de deux semaines jusqu'à plusieurs mois. Vient ensuite l'écriture du script de la vidéo et la recherche de lieux intéressants visuellement.

Dis nous en plus à propos de ton groupe ? Celui-ci ajoute un vrai plus et votre association est très intéressante.

AYØ : Au début nous n’étions que deux : Kévin et moi. J’ai découvert sa cover version acoustique à la guitare de Tousei et je lui ai demandé si je pouvais m’en servir. Quelques temps après nous commencions à collaborer ensemble sur de nouvelles covers et l’équipe pour réaliser les vidéos à commencer à grandir.

Kevin : Je n'ai pas l'impression d'avoir changé d'état d'esprit depuis le premier cover que j'ai filmé avec un téléphone dans ma chambre. A chaque chanson, AYØ me laisse énormément de place pour la direction que j'imagine être la bonne. Pour les instrumentales et la mise en forme visuelle, j'ai un noyau d'amis autour de moi, Jules Fonzy et FEN-X, qui ont toujours été présent pour n'importe quel nouveau projet. Et je ne les remercierai jamais assez pour ça. Ce que je préfère en travaillant sur la vidéo, c'est lorsque quelqu'un trouve une signification à laquelle je n'aurai jamais pensé.

Ce groupe existe-t-il vraiment en dehors de cette collaboration ?

AYØ : On est à peine un vrai groupe. 1700 kms nous séparent : je suis en Pologne et Kévin et son équipe vivent en France. Heureusement Internet nous offre la possibilité de travailler et créer avec des personnes même loin de chez nous, sans avoir besoin de se voir réellement.

Kevin : J'ai n'ai jamais fait partie d'un groupe plus de deux semaines, mais j'aime travailler avec AYØ. Quoi que nous fassions, à la fin nous savons où nous allons.

Quels sont tes projets objectifs ? Continuer les covers ou autre chose ?

AYØ : Je pense qu’il devrait y avoir d’autres covers dans le futur, enfin je l’espère. J’aimerai vraiment me concentrer sur le fait de créer des choses moi-même plutôt que faire des covers surtout si nous avons la possibilité d’écrire des musiques et paroles nous-mêmes, mais on n’en est pas encore là.

Kevin : Cela dépendra de l'inspiration et du sens que nous trouverons au prochain cover. Mais effectivement, j'aimerai également me concentrer à créer quelque-chose d'original.

Te produis-tu en live ?

AYØ : Et bien je n’ai même pas pensé à me produire en concert étant donné notre situation et la distance qui me sépare du groupe.

As-tu un message pour tes fans ou les gens qui suivent ta chaîne et tes travaux ?

AYØ : merci à toutes celles et ceux qui me suivent et trouvent nos travaux intéressants. C’est toujours très encourageant de recevoir d’agréables commentaires et cela nous inspire pour continuer. N’oubliez pas de jeter un œil à notre dernière cover en date, il s’agit cette fois ci de Sukekiyo :)

 Chaîne YouTube d'AYO
PUBLICITÉ

Galerie

PUBLICITÉ