Interview avec BLOOD

interview - 26.10.2012 07:00

Avant le dernier show de sa tournée européenne, JaME a discuté avec BLOOD de sa récente production, de son nouveau line-up et de ses plans pour l'avenir.

En dépit de leur emploi du temps très serré, les membres du célèbre groupe de visual kei BLOOD ont eu la gentillesse de nous rencontrer pour nous parler de leurs activités à l'étranger, de leur prochain anniversaire, révélant également vouloir revenir en Europe dès que possible !
 
Bonsoir. Nos lecteurs connaissent bien votre groupe, donc plutôt que de faire une présentation classique, pourriez-vous nous raconter quelque chose d'intéressant sur la personne assise à coté de vous ?

Hayato : Voici Kazuya, guitariste japonais à l'origine, mais il joue de la basse à présent. Il est notre commandant. 
Kazuya : Lui c'est Dora, qui joue de la batterie. (Tout le monde rit.)
(Note : c'est ici un jeu de mot : « batterie » se dit «  doramu » en japonais, donc « C'est Dora, qui joue Doramu ».)
Dora : Voici notre guitariste et notre fiable leader Kiwamu. Il a fondé BLOOD et prend soin de nous, notamment grâce au fait qu'il parle anglais. Il dispose également d'une riche expérience en tournées, et ce dans le monde entier.
Kiwamu : JaME Europe. (Tout le monde rit.)
Hayato : Je savais que tu dirais ça !
Kiwamu : Eh bien, je devais présenter celui qui était assis à côté de moi, non ? (Rires)
 

Aujourd'hui, c'est votre dernier show en Europe. Comment s'est passée la tournée ? Qu'avez-vous apprécié, et inversement quels sont les points négatifs que vous retenez ?

Hayato : Il n'y a rien eu de mauvais. Bien qu'il ait été un peu difficile de parler aux fans, car notre anglais n'est pas très bon. Mais le public a fait un super boulot !

 
Votre calendrier de la tournée a été très serré, vous avez joué presque tous les jours. Comment vous êtes-vous détendus ?

Kazuha : Nous aimons l'Europe, donc nous avons beaucoup marché et pris des tonnes de photos. 

 
Quel pays avez-vous le plus aimé ?

Kiwamu : Il est toujours préférable de dire que nous aimons le pays où nous nous trouvons. (Rires)

 
Pourquoi Azami n'est pas en tournée avec vous cette fois ?

Kiwamu : À cause du budget. La tournée en Europe coûte vraiment cher, c'est pourquoi il ne pouvait pas venir avec nous. En plus, il est membre officiel d'un autre groupe, MISARUKA, et de ce fait, il est très occupé. 
 

Que comptez-vous faire après la tournée ? 

Kiwamu : Nous jouons au Japon après-demain. Nous serons sur la route toute la journée de demain et nous rentrerons immédiatement après le dernier concert. 
 

En Belgique, vous avez joué au Made in Asia. Comment cela s'est-il passé ?

Kiwamu : Nous avons eu des problèmes avec le son et l'équipement. Quand nous sommes entrés sur scène, il n'y avait rien d'autre que la batterie. (Rires) Les amplis de Kazuya ne fonctionnaient pas et le microphone de Hayato était cassé. J'ai eu des projections d'eau du premier rang, seul Dora pouvait jouer !
Hayato : Dieu merci, tout s'est bien passé par la suite. 
Kiwamu : Cependant, j'ai demandé au public d'oublier tout ce qui s'était passé après la première chanson. 
 

Vous avez annulé votre spectacle russe il y a cinq ans. Pourquoi ?

Kiwamu : Je voulais y jouer, mais notre promoteur était trop lent. De nombreuses agences de concerts voulaient nous inviter, mais notre promoteur et les organisateurs russes avaient des soucis. Il y avait un problème avec les billets, c'est pourquoi nous avions dû tout annuler et jouer à Vienne à la place. 
 

BLOOD célèbre son dixième anniversaire cette année. Comment voulez-vous le fêter ? Avez-vous prévu quelque chose de spécial ?

Kiwamu : Peut-être... L'année dernière, j'ai relancé ce groupe, changé son style et écrit de nouvelles chansons. Je dois ajuster la musique à chaque nouveau chanteur. Pour moi, BLOOD est un nouveau groupe, je ne prête donc pas beaucoup d'attention à cet anniversaire.


Vous ferez bientôt l'expérience d'un autre changement car Hayato s'en va. Quelles sont les raisons de cette décision et que ferez-vous sans chanteur ?

Hayato : La raison principale est que j'ai un autre projet dans lequel je veux m'investir complètement. En ce qui concerne les plans de BLOOD... Qu'ils parlent pour eux-mêmes.
Kiwamu : La musique de BLOOD est un concept. Oui, les membres peuvent varier, mais l'ambiance générale ne change pas beaucoup. Le son reste sombre, lourd et gothique. Malgré les modifications, BLOOD restera le même.


Kazuha, BLOOD est-il votre premier groupe ? Avez-vous joué dans d'autres formations ?

Kazuha : Oui, j'ai joué avec différents groupes au Japon.


Lesquels par exemple ?

(Tout le monde rit.)
Kiwamu : Il a pris un autre nom parce qu'il voulait complètement changer en entrant dans le groupe, ne plus être celui qu'il avait été. Il n'aime pas parler du passé.


Dora, nos lecteurs vous connaissent grâce à votre précédent groupe Hibi subete wo fukamoka nomikomu. Cependant vous avez radicalement changé votre style lorsque vous avez rejoint BLOOD. Comment cela s'est-il passé ?

Dora : Pour dire la vérité, je ne pense pas que mon image précédente me correspondait, donc je faisais des expériences. J'aime vraiment mon style et mon image actuels.


Pouvez-vous nous parler de votre récent single Unseen the NEW WORLD ?

Kiwamu : Je voulais faire quelque chose de spécial pour cette tournée et pour nos concerts au Japon qui débuteront dès notre retour. Nous l'avons enregistré spécialement pour nos fans. Ils peuvent l'acheter uniquement lors de nos concerts. S'ils viennent pour écouter nos chansons et ensuite acheter un CD, ils se sentiront privilégiés. Nous l'avons fait dans ce sens-là. J'espère que nous allons vendre la totalité des disques.


Comment avez-vous choisi l'image de la pochette du single ?

Dora : Les images du premier et du deuxième singles étaient reliées, mais nous voulions essayer quelque chose de complètement nouveau avec celui-ci.


Y a-t-il beaucoup d'étrangers qui se rendent à vos concerts japonais ?

Kiwamu : Il y a sept ans, quand nous organisions beaucoup d'events, il y avait jusqu'à 20% d'étrangers en moyenne, car il s'agissait d'events gothiques ou industriels. Malheureusement, ils ne viennent plus aussi souvent maintenant. Ils sont présents mais ne sont plus aussi nombreux.


Préférez-vous jouer au Japon ou à l'étranger ?

Kiwamu : Partout ! (Tout le monde rit.)


Vous avez été l'un des premiers groupes de visual kei à avoir joué en Australie. Pourquoi avez-vous décidé d'y aller et comment était-ce ?

Kiwamu : J'ai pensé à faire une tournée dans l'hémisphère sud, car à ce moment-là, tout le monde voulait y aller. Le fait est que nous avons été parmi les premiers groupes de J-rock à nous produire non seulement en Australie, mais aussi en Allemagne... L’Australie a aussi un bon promoteur, qui est également mon ami. Il nous a invités et nous avons fait de super concerts. Mais les déplacements pour chaque date étaient compliqués. Les villes étaient trop éloignées les unes des autres, il nous fallait beaucoup de temps pour nous y rendre. C'était très fatigant, mais les deux heures sur scène compensaient tout.


Hayato, vous pratiquez souvent le « stage diving » (acte de plonger depuis la scène d'un concert dans la foule). Le faites-vous uniquement au Japon ou aussi à l'étranger ?

Hayato : Je le fais toujours !


Qu'en est-il des fans ? Essayent-ils de sauter de la scène pendant les concerts ?

Hayato : Non, pas encore.


Avez-vous le temps d'aller visiter les lieux dans lesquels vous vous trouvez ?

Kiwamu : Le promoteur local nous a dit que ce n'était pas sûr à l'extérieur et nous avons décidé de ne pas sortir. Les gars apprécient le spa.
Kazuha : Et la salle de sport !


Vous aimez donc le sport ?

BLOOD : (Tout le monde rit.) Monter sur scène est le meilleur sport pour nous.


Eh bien, je vous remercie pour cette interview ! Pouvez-vous donner un dernier message pour nos lecteurs ?

Hayato : Je suis heureux d'avoir eu l'occasion de venir ici et de jouer devant un public reconnaissant. Et je suis aussi content que nous puissions continuer de nous produire au Japon. Je vais travailler dur pour vous tous !
Kazuha : Je vais essayer de revenir en Europe afin de rencontrer une nouvelle fois nos super fans.
Dora : Merci à tous ceux qui sont venus à nos concerts européens. Merci pour ces merveilleux souvenirs. J'espère que ceux qui n'ont pas pu venir le pourront la prochaine fois.
Kiwamu : J'avais été surpris par la réaction des fans russes lorsque notre concert avait été annulé il y a cinq ans. Cela montrait leur enthousiasme de vouloir nous voir. Aujourd'hui, vous avez également posé des questions à ce sujet, c'est incroyable ! Je pense qu'il n'y a pas beaucoup de groupes que les gens veulent voir tant que ça. Donc ce soir, nous ferons de notre mieux et j'espère que nous serons de retour très bientôt.


JaME tient à remercier le groupe et Kirill Tverezovsky de J-concert Agence pour avoir rendu cette interview possible, ainsi que Sayaka Kamada pour la traduction.
items liés
artistes liés
commentaires
blog comments powered by Disqus
publicités