Interview avec Tokami

interview - 17.05.2012 07:00

JaME s'est assis aux côtés de Tokami pour discuter de sa pause et de son retour, des pensées des uns et des autres ainsi que de leurs ressentis à l'idée de se produire à l'étranger.

Après le festival de Starwave Records à l'Ikebukuro Cyber durant lequel Tokami s'est produit avec un certain nombre de groupes du label, la formation a discuté avec JaME des changements par lesquels elle est passée dont sa récente pause, sa nouvelle sortie ainsi que ses connaissances sur la vie des uns et des autres.


Cette année 2011 a été marquée par votre mise en pause et votre retour sur la scène. Pouvez-vous nous expliquer pourquoi vous avez décidé de mettre vos activités en suspens ?

Ichika : Plusieurs choses ont changé d'un seul coup.
Shige : Nous avions besoin d'une période de préparation. Pour être honnête, nous voulions changer et commencer un nouveau Tokami à l'issue de cette période.
1000 : Nous voulions prendre du temps pour nous préparer, mais nous sentions que si nous continuions comme ça et que nous n'entrions pas dans un label, nous ne serions pas en mesure de changer quoi que ce soit. Nous n'étions pas sûrs de rejoindre le label, donc nous avons décidé de nous arrêter, de penser à la façon de faire nos costumes et notre promotion, et de choisir le bon moment pour redémarrer nos activités. Quand nous étions en pause, nous voulions réellement dire « Nous reviendrons ! », mais il y avait également des discussions sur le fait que nous ne serions peut-être pas capables de continuer. Nous ne pouvions pas faire une bonne transition, donc nous avons mis nos activités entre parenthèses.

Quel genre de préparations avez-vous fait durant cette période ?

Tokami : Des costumes. (Rires)
Agato : Nous avons créé de nouvelles chansons, et dès que nous avons rejoint Starwave Records, nous nous sommes réunis et avons discuté de la direction que devait prendre Tokami à partir de ce moment-là.
1000 : Notre image également. Jusqu'à maintenant nous travaillions seuls, il était donc admis que « Nous étions comme ça », mais nous voulions également recevoir des avis extérieurs, comme « Ne serait-il pas intéressant d'être perçu de cette façon ? ». Nous en avons reçus beaucoup de ce style durant cette période.

En quoi le nouveau Tokami diffère-t-il de l'ancien ?

Agato : Le plus grand changement est cette faculté que nous avons de prendre en compte les critiques.
1000 : Nous avons changé de membres. (Rires)
Shige : Il y avait des versants de nos activités qui, jusqu'à maintenant, étaient ambigus et que nous avons éclaircis. La façon de faire nos concerts et ce genre de choses n'ont pas vraiment changé.
1000 : A la base, nous n'avions pas l'ambition de changer notre point de vue envers la musique ou les choses que nous voulions faire. Ce qui a changé, c'est que maintenant nous sommes conscients de la façon dont nous sommes perçus.
Shige : Chaque fois que nous jouons, nous recevons des avis et nous les mettons en pratique.
Tokami : Tokami voulait un conseiller capable de construire la route qu'il devait suivre. Grâce à ça, nous avons été capables d'avancer. L'étendue de nos activités s'est agrandie.
1000 : Il y a aussi les concerts et les events en magasins... Jusqu'à maintenant, nous pouvions à peine régler ces questions par nous-même, mais depuis que nous sommes entrés dans le label, tout va plus vite. (Rires) Ces changements ne sont peut-être pas visibles de l'extérieur, mais tout est devenu plus facile pour nous.
K : Vous remarquerez peut-être uniquement que les cheveux de Shige sont redevenus naturels.
Tokami : Et nos photos sont de meilleure qualité. (Rires) Dorénavant, nous allons évoluer petit à petit.

Vous avez également changé le nom du groupe en passant des kanjis à l'alphabet latin.

Agato : Depuis que nous avons rejoint Starwave Records, nos chansons sont disponibles sur iTunes et nous avons l'opportunité d'étendre nos activités à l'étranger, donc nous avons décidé de changer la transcription de notre nom afin de pouvoir continuer à étendre nos activités.
1000 : Mais comme le cours du yen est bas, nous ne pouvons pas aller à l'étranger. (Rires)

Que signifie la croix dans votre nom qui figure sur votre logo ?

1000 : Nous n'avons pas changé. Nous sommes toujours les mêmes personnes.
Agato : Nous avons pris le caractère « to » des kanjis composant « tokami » que nous utilisions jusqu'à présent. Nous succédons juste à l'ancien Tokami.

Après avoir rejoint le label, vous avez pu participer à des festivals organisés par lui comme celui d'aujourd'hui. Qu'en pensez-vous ?

Ichika : C'est un honneur. Jusqu'à maintenant, nous n'étions pas dans un label, et à l'heure actuelle nous pouvons participer à quelque chose, nous pouvons créer une ambiance excitante avec les autres groupes du label... Avant, cela aurait été un event que nous aurions organisé tous seuls.
1000 : C'est super d'avoir des gens dans notre entourage avec qui nous pouvons nous comparer.
Shige : Depuis que nous avons rejoint le label, la conscience que nous avons des autres est de plus en plus en forte. C'est tellement amusant que j'ai envie de faire des morceaux avec les autres formations du label ! (Rires)

Vous avez dit que vous costumes avaient changé. Comment s'est passée la collaboration avec Ryonai de Suppurate System ?

Tokami : C'était vraiment génial !
Agato : Il a su déterminer quel accessoire irait à chaque membre et a fait ressortir nos personnalités à travers eux.
1000 : Il était intéressant de voir que Ryonai pouvait créer une telle image pour moi. Je suis très fier du cache-œil qu'il m'a fait. Mais comme je suis batteur, il est assez difficile de jouer avec un seul œil. (Rires)
Ichika : Il y a vraisemblablement une goutte du sang de Ryonai dans mon accessoire. J'ai l'impression qu'il est vivant, et apparemment il y a aussi sa dent dedans. (Rires) La dent de Dracula. Les gens autour de moi disent « C'est tellement joli » et je suis très honoré.

2011 a été marquée par la catastrophe survenue dans le Tôhoku, et c'est également une date gravée dans votre mémoire. De quelle façon cela vous a-t-il affecté ?

1000 : Ma maison se trouve dans le Tôhoku, donc le jour du tremblement de terre je me suis rué chez moi comme un fou. Les routes étaient balayées par les vagues, il y avait des répliques et il y a eu l'accident de la centrale nucléaire. Quand je suis allé sur le bord de mer, des villes entières avaient disparu. Je me suis demandé : « Est-ce vraiment sérieux de jouer dans un groupe...? ». Les concerts prévus pour le mois de mars ont tous été annulés, mais nous avions un spectacle le 2 avril et tout au long de cette soirée, je me demandais si c'était bien de faire ça, mais j'étais également reconnaissant de pouvoir le faire. Je pense que les Japonais ont oublié ce qu'est le véritable bonheur, mais avec ce désastre ils en ont pris conscience.
Ichika : Nous avons aussi donné un concert de charité, mais ce fut aussi le cas pour beaucoup d'autres. Tout le monde ne pensait qu'à ça.
Shige : Par exemple, quand Tokami collectait des fonds, il y a des gens qui nous donnaient des dizaines de milliers de yens et disaient « Si c'est Tokami, je sais que cet argent ira aux personnes qui en ont besoin. », alors qu'il y avait des endroits comme La Croix Rouge. Cela m'a vraiment beaucoup fait réfléchir.

Aujourd'hui vous sortez Resurrection. Expliquez-nous son concept.

1000 : C'est la « résurrection », le « retour ».
Shige : Mais même si nous disons cela, le premier morceau, Ruler of chaos, est la chanson qui tue 1000. (Rires) Le sujet de chaque morceau est différent, mais le thème de l'album entier est notre thème, comme l'indique le titre.

Qu'est-ce qui vous a influencés pour la composition de cet opus ?

Shige : J'étais en train d'apprendre à créer une chanson sur ordinateur quand le séisme est survenu et ce morceau est resté.
1000 : Je voulais écrire sept chansons inspirées des sept pêchés capitaux, mais je n'ai pu en écrire que cinq, et seules deux ont été retenues. De plus, les paroles ont été modifiées donc le concept a complètement disparu. (Rires)
K : Il y a aussi une chanson que j'ai écrite sur ce que je ressentais en écoutant Southern All Stars. (Rires) A cross the hearts.
Ichika : Au vu des chansons, nous nous sommes dit « Allons-y ». Le sujet était « le retour » donc nous voulions créer des chansons en rapport avec cela, choisir les plus complètes et les rassembler. C'est comme cela qu'a été réalisé cet album.
1000 : Jusqu'à maintenant, nous avons fait des mini-albums qui tournaient autour d'un concept. Cependant, cette fois, nous nous sommes un peu éloignés de ça.

Pouvez-vous nous parler des textes de ce mini-album ?

Agato : Quand nous nous sommes mis en pause, il était temps pour moi de penser à ce que je pouvais faire pour les gens autour de moi grâce à ma voix. Cette pause a été une période pendant laquelle j'ai réfléchi, s'il était bon pour moi de continuer dans cette voie, si c'était bien de continuer à faire ce que je faisais et de l'apport au nouveau Tokami. J'étais en conflit avec moi-même et je me sentais seul en tant que chanteur, donc j'ai retranscrit tous ces sentiments dans mes textes. J'ai également essayé d'écrire sur la solitude et l'isolement que vous ressentez quand une personne qui vous est proche tombe malade et décède.
Shige : En fonction des chansons, nous définissions un thème et construisions les paroles autour de celui-ci.
Agato : Comme tous les membres peuvent créer des morceaux, j'ai demandé aux compositeurs « Quelle image as-tu en tête lorsque tu écris ça ? » et je me servais de cette base pour construire une histoire, donc toutes les chansons de cet album ont des histoires et des textes différents. Elles parlent de moi, d'autres personnes ou d'histoires totalement inventées.

Il y a un morceau pour lequel vous avez tourné un clip. Est-il sorti quelque part ?

Agato : C'est un bonus pour ceux qui achèteront le CD chez ZEAL LINK. Vous pouvez en voir un aperçu sur le site de Tokami.

Comment s'est passé le tournage ?

1000 : C'était difficile. Comme c'est moi qui tenait la caméra, si vous regardez attentivement, lorsque qu'Agato est filmé de près, vous verrez qu'il n'y a personne derrière la batterie. (Rires)

La dernière fois que nous nous sommes parlés, il y a trois ans, Tokami venait de changer de membres. Depuis, vous avez probablement eu le temps de bien vous connaître. Pouvez-vous nous raconter une anecdote intéressante sur chacun de vous ?

Agato : Depuis peu, les repas de Shige sont uniquement constitués de sucreries. (Rires) Il ne mange rien qui ressemble à de la nourriture.
1000 : Seulement des Black Thunder (barres chocolatées).
Agato : Et des Alfort et des Blanchul (biscuits au chocolat).
Shige : Parce que je ne veux pas prendre la peine de manger des repas. (Rires) Ichika s'est fait percer le nombril.
Ichika : Je crois qu'Agato a un peu grossi. Il est devenu potelé et il a déménagé aussi, mais je pense que les gens à l'étranger s'en moquent un peu. (Rires)
Shige : Trois ans se sont écoulés mais tout a continué si naturellement que je n'ai même pas pensé que les membres avaient changé.
1000 : Musicalement, nous savons que nous devons être très attentifs les uns aux autres, mais nous n'allons pas souvent boire ensemble donc nous ne nous connaissons pas vraiment en tant que personnes.
K : Nous ne nous voyons pas outre-mesure dans un cadre privé.
1000 : Quand nous sommes en tournée, boire ensemble est amusant.
Agato : Comme nous ne sortons généralement pas ensemble en privé, lorsque nous sommes en tournée et avons l'occasion de boire ensemble et discuter, c'est amusant.
Shige : Le premier jour de la tournée, tout va bien, mais dès le deuxième jour ça devient un peu ennuyeux. (Rires)
1000 : Personnellement, j'ai toujours aimé les choses digitales, mais récemment j'ai commencé à m'intéresser aux choses analogiques.
Shige : Actuellement, 1000 s'abstient de boire de l'alcool. (Rires) Pour ma part, je m'abstiens de mettre de l'ail dans mes ramens. (Rires)
Agato : Durant ces trois années, nous avons appris à connaître les habitudes musicales de chacun, comme la façon de jouer de la guitare ou de chanter.
Ichika : Et K s'est mis à fumer.
1000 : Il y a trois ans, je n'avais pas réalisé que K était fait d'acier et que son corps était si puissant. Il ne s'enrhume jamais et s'il tombe de scène, il remonte comme si de rien n'était. (Rires) Quand nous attrapons d'horribles rhumes et que nous crachons nos poumons, il devient lui aussi malade mais il dit simplement « Je ne me sens pas bien » et le lendemain il est complètement guéri.
Shige : Deux fois seulement je l'ai vu aller mal.
Agato : Mais dans les très rares fois où K attrape un rhume, si ça lui arrive une fois dans l'année, c'est très grave.
Shige : La face cachée de K est fascinante. (Rires)

Vous vous êtes récemment produits à Osaka. Que s'est-il passé d'intéressant durant cette tournée ?

Agato : Dans la salle de concert, ils vendaient des chijimis et des karaages, ce sont des pancakes coréens et du poulet frit. C'était une première. (Rires)
Shige : C'était la première tournée où nous n'allions qu'à Osaka. Nous sommes arrivés le matin, nous avons joué et sommes repartis, donc nous n'avons rien pu faire dans cette ville.
1000 : Quand je suis allé manger des sushis tout seul, l'homme qui s'est assis à côté de moi était un yakuza, c'était très effrayant. (Rires)
K : Durant cette tournée, 1000 était cerné par beaucoup de choses étranges. (Rires)
Shige : Quand je suis allé dans un manga café à Dôtonbori, il y avait un vieil homme étrange avec une grosse voix qui faisait un discours, puis je suis passé par un restaurant où des hommes bizarres avaient une conversation insensée, et quand 1000 est passé au même endroit, la police était là, il y avait aussi des gens étranges dans une voiture lorsque nous montions dans le bus pour repartir... C'était plutôt drôle Osaka. (Rires)
ichika : Mais je pense que nous avons l'habitude de faire des tournées. Par contre, la première fois où nous avons dormi dans un bus a été un peu difficile.
1000 : Il y avait beaucoup de gens effrayants et dangereux à Osaka cette fois, j'ai pensé « Oh mon Dieu, Osaka est une ville effrayante ». (Rires)

La dernière fois où nous avons discuté, vous aviez dit vouloir vous concentrer sur vos activités au Japon. Après avoir rejoint Starwave Records, vous vous êtes retrouvés entourés de groupes s'étant déjà produits à l'étranger. Pensez-vous à étendre vos activités en dehors du sol nippon ?

1000 : Si nous pouvons y aller, je le veux. Nous attendons le moment où tous les membres seront capables d'aller à l'étranger et où le yen sera moins élevé. (Rires)

Où aimeriez-vous aller ?

K : En Espagne. Personnellement, c'est là où je voudrais me rendre.
Ichika : Au Cambodge.
1000 : En Autriche.
Tokami : En Thaïlande, en Libye, à Cuba, à Taïwan... Il y a des pays dans lesquels nous ne voulons pas aller pour le moment. (Rires)

Durant notre dernière interview, vous avez dit que vous souhaitiez que vos chansons soit disponibles au karaoké, ce qui s'est produit. Quels sont vos buts maintenant ?

Tokami : Des apparitions dans les émissions télévisées et ce genre de choses...
1000 : Mais je pense que ça serait super d'aller à l'étranger. A partir de quelle distance cela est considéré comme étant l'étranger ?
K : Je viens d'Hokkaidô et je trouve que c'est l'étranger. (Rires)
Ichika : Si tu vas à Shin'ôkubo (quartier coréen de Tokyo), c'est déjà l'étranger. (Rires)
1000 : Non, je veux que nous allions dans le monde entier.

Quels sont vos projets ?

1000 : Nous prévoyons plusieurs sorties et tournées. Nous allons faire une tournée et jouer à un event un peu plus grand. Et nous réfléchissons à nous produire à l'étranger.

Avez-vous un message pour nos lecteurs ?

1000 : Pleins de nouvelles volontés, nous avons rejoint un label qui nous permet, entre autres, d'avoir des perspectives à l'étranger. Nos chansons qui pouvaient être entendues seulement au Japon sont désormais disponibles sur iTunes, donc s'il vous plaît écoutez-les. Nous envoyons aussi nos CD à l'étranger, donc n'hésitez pas à y jeter un coup d’œil !
Ichika : Ça fait longtemps, c'est Ichika. Le Japon est actuellement en train de faire tout son possible pour se remettre de la catastrophe. Merci pour tout le soutien que vous nous avez témoigné. Tout ce que nous pouvons faire est d'espérer pouvoir vous faire sentir mieux avec notre musique. S'il vous plaît, continuez à nous soutenir.
Shige : Merci de collaborer avec nous comme ça nous pourrons venir vous voir plus vite ! (Rires)
K : Nous allons tous continuer à faire de notre mieux, donc merci de nous soutenir.
Agato : Avec le nouveau Tokami, nous aurons peut-être l'opportunité de développer nos activités à l'étranger, donc gardez un œil sur nos futurs projets !


JaME souhaite remercier Tokami et Kiwamu d'avoir rendu cette interview possible, ainsi que Non-Non pour avoir apporté son aide à la transcription.


Tokami sortira un album best of le 6 juin intitulé Schwarz Kain.
items liés
artistes liés
commentaires
blog comments powered by Disqus
publicités