Interview avec Jin Akanishi

interview - 23.04.2012 07:00

Avant de commencer sa tournée JAPONICANA, Jin nous accorde de son temps pour nous entretenir entre autres de son film récent et de son nouvel album !

Le 9 mars dernier, Jin Akanishi était de retour à Los Angeles pour le début de sa tournée JAPONICANA. JaME a réussi à passer un peu de temps avec cet artiste occupé pour parler de son travail récent et des différences entre le Japon et l’Amérique.


Pouvez-vous nous parler un peu de votre rôle dans le film “47 Ronin”, qui sortira en novembre 2012. Etiez-vous nerveux à l’idée de jouer avec Keanu Reeves ?

Jin Akanishi : Je joue un samouraï, fils du chef des quarante-sept ronins. Je suis le seul qui réussisse à comprendre le personnage de Keanu Reeves, qui joue un paria. J’étais plus excité que nerveux à l’idée de jouer avec lui. Nous avons passé beaucoup de temps ensemble et on se sent à l’aise quand on est à côté de lui.


Avez-vous des anecdotes à nous faire partager sur ce tournage ?

Jin Akanishi : Eh bien, je ne suis pas sûr que ce soit marrant, mais c’était vraiment difficile d’utiliser les épées. Apparemment, il y a une manière bien spécifique pour tuer les gens. (Rires)


Quelle a été la chose la plus difficile que vous ayez eu à faire pendant le tournage ?

Jin Akanishi : Apprendre à monter à cheval et bien sûr l'entraînement pour le combat à l’épée. Monter à cheval, c’est juste tellement… inconfortable.


Une partie du film a été tournée en Europe. Comment fut cette expérience ? Avez-vous eu du temps pour visiter ?

Jin Akanishi : J’ai passé presque tout mon temps à tourner. J’aurais aimé avoir l’occasion de visiter davantage mais je n'en ai pas eu le temps. J’aimerais revenir pour le faire.


Quels sont vos sentiments par rapport à vos débuts à Hollywood ? Est-ce excitant d’avoir une nouvelle audience qui ne vous connaît pas par la musique, ou qui ne sait pas du tout qui vous êtes ? Quels sont vos plans pour réussir ?

Jin Akanishi : Je suis très impatient à ce sujet. J’attends avec hâte les événements de promotion à venir. J'essayerai de rester moi-même et j’espère que les gens aimeront qui je suis.


Avez-vous déjà d'autres projets de films ?

Jin Akanishi : Je n’en ai aucun pour le moment, mais j’aimerais bien travailler sur d’autres films dans l’avenir.


Y a-t-il un genre qui vous intéresserait tout particulièrement ?

Jin Akanishi : Je suis ouvert à tous les genres, comme la musique. Je ne veux pas m’enfermer dans un style parce que j’aimerais essayer différentes choses.


En quoi une production hollywoodienne est-elle différente d’une japonaise ? Y a-t-il vraiment une différence pour vous ?

Jin Akanishi : J’ai vu un extrait du film pendant le tournage même, chose que nous n’avons jamais au Japon, ou un grand bus que les acteurs partagent ou encore aller sur le plateau avec son manager.


Pensez-vous refaire des dramas japonais dans le futur ?

Jin Akanishi : Peut-être, on ne sait jamais.


Comment s'est passé le travail avec Jason Derulo ? Qu'est-ce qui vous a décidé à collaborer avec lui ?

Jin Akanishi : Jason Derulo est une des personnes les plus talentueuses que je n’ai jamais rencontrée et qui est du même âge que moi. Il fait partie de la Warner Bros et nous nous sommes connus comme cela. Mais je voulais travailler avec lui parce que je voulais faire un pas en dehors de la boîte et essayer quelque chose de frais et de nouveau.


Avec quel artiste/musicien américain aimeriez-vous travailler la prochaine fois ? Ou travaillez-vous déjà avec quelqu’un en ce moment ?

Jin Akanishi : Je n’ai rien en cours pour le moment. Je respecte et j’ai de l’amour pour tous les artistes de l’industrie de la musique. J’adore vraiment la musique de Lil’ Wayne, Eminem, Dr. Dre, Nicki Minaj… Ça serait vraiment fou de travailler avec l’un d’entre eux.


Comment est-ce de faire une carrière musicale aux Etats-Unis, en comparaison avec le Japon ?

Jin Akanishi : Je pense que faire de la musique à deux endroits revient à la même chose. La plus grande différence est le langage. (Sourire) J’ai reçu énormément de soutien de mes fans en Amérique et au Japon, mais également de la part de mon management de la Warner et de la Johnny’s. Je me sens vraiment chanceux et très reconnaissant.


Quel est le sens caché derrière le mot "Japonicana" ?

Jin Akanishi : J’ai créé ce mot. C’est une combinaison entre le Japon et l’Amérique, et la dernière partie “a”, c'est pour donner un son espagnol qui rend le mot plus féminin. Du coup, mon album est une fille. Je voulais vraiment un album qui possède un vrai sens international.


Quelques indices sur ce qu’on peut espérer de la tournée ?

Jin Akanishi : Ce sera très fort en énergie. J’espère que le public va beaucoup danser. Nous avons beaucoup de danseurs très talentueux.


Quel fut le plus gros choc culturel pour vous lorsque vous vous êtes rendu pour la première fois à Los Angeles ?

Jin Akanishi : J’aime la variété qu'il y a dans la nourriture ici. Ne vous méprenez pas, j’adore la nourriture japonaise. Mais ici, j’ai eu de bons plats thaï, des barbecues coréens et des boissons boba. (Il s'agit de boules de tapioca qui sont ajoutés à beaucoup de boissons comme le thé au lait.)


Plusieurs fans se sont lancés dans un projet pour réussir à mettre "JAPONICANA" dans le trend de Twitter le 10 mars pour soutenir la tournée et l’album. Avez-vous un message pour eux et pour les autres fans ?

Jin Akanishi : Juste que je suis reconnaissant de leur soutien. J’aime tous mes fans ! Je suis impatient de les rencontrer à mes concerts !


JaME tient à remercier PLAN C Agency et Jin Akanishi pour cette interview.
items liés
artistes liés
commentaires
blog comments powered by Disqus
publicités