Interview avec Satsuki et Kaya à Moscou

interview - 07.03.2012 06:00

Après leur concert à Moscou, JaME s'est entretenu avec les deux célèbres chanteurs de visual kei à propos de leur tournée commune, de leurs récentes sorties et de leurs anciens groupes.

Satsuki (ex-RENTRER EN SOI) et Kaya (ex-Schwarz Stein) sont tous deux connus pour leur travail au sein de formations visual kei ainsi que pour leurs projets solos. Leur tournée commune en Europe, débutée le 19 février, les mènera en Russie, au Royaume-Uni, en France, en Allemagne, en Italie et en Pologne. Durant la première étape en Russie nous avons rencontré ces deux musiciens renommés afin de parler de leurs performances, de leur musique, de leurs futurs projets... Ils nous ont fait part du pourquoi de cette tournée, ainsi que leurs rêves et leurs regrets.


Bonsoir, merci de nous consacrer du temps. Comment vous est venue l'idée de cette tournée commune ?

Satsuki : Nous avons pensé qu'il serait intéressant de faire quelque chose ensemble. Nous sommes tous deux à la constante recherche de la beauté en ce monde et essayons de la répandre autour de nous.

Kaya : Je suis seulement allé à Paris et à Moscou avant et j'ai toujours voulu visiter d'autres pays, de faire une tournée mondiale. Moi, Satsuki et son ami nous sommes rencontrés et avons discuté de plusieurs choses. Satsuki souhaitait également se produire à l'étranger, c'est ainsi que le concept de cette tournée est né. Comme nous sommes deux chanteurs, nous avons décidé de la faire ensemble.

Prévoyez-vous de vous produire ensemble au Japon ?

Satsuki : Oui, un jour peut-être. Nous sortirons peut-être même un CD

Avez-vous préparé quelque chose de spécial pour cette tournée ? Un duo ou une chanson spéciale ?

Satsuki : Lors du rappel, je chante un morceau de Kaya et lui un des miens. Nous n'avons jamais fait cela auparavant au Japon, donc je pense que cela est intéressant.

Pourquoi avez-vous décidé de devenir musiciens ?

Kaya : Lorsque j'avais trois ans, il y avait un petit festival dans ma ville. On m'a dit « Allez, tu devrais vraiment essayer de chanter ! ». Me tenir ainsi sous les projecteurs m'a fait réaliser que je voulais devenir chanteur et chanter pour les gens.

Satsuki : Avant, j'étais très inspiré par la musique des autres, elle me donnait de la force. A un certain moment de ma vie j'ai décidé qu'il était temps que j'encourage les auditeurs avec mes propres compositions.

Si vous n'aviez pas été musiciens, quelle carrière auriez-vous embrassé ?

Kaya : (pensif) Je serais probablement devenu styliste ou maquilleur professionnel. Aujourd'hui je me suis maquillé moi-même ! J'adore faire ce genre de choses.

Satsuki : (en anglais) Professeur. (continuant en japonais) Professeur d'anglais et de japonais.

Pourquoi vouliez-vous vous produire à l'étranger ?

Kaya : Depuis ma plus tendre enfance je rêve de me produire à l'étranger, je veux chanter pour un public international. Les fans m'envoient toujours des messages sur Twitter, Ameba, ou sur mon site : « S'il te plaît, Kaya-san, vient dans notre pays ! Nous t'attendons ! ». Alors un jour je me suis dit « Hé ! Pourquoi pas ? » et ai entrepris cette tournée.

Satsuki, dans quelques jours paraîtra FATE/INSIDE, votre nouveau single digital. Pourriez-vous nous en dire plus à son sujet ?

Satsuki : Je travaille actuellement sur mon premier album. J'ai sorti ce single pour offrir à mes fans un aperçu de mon travail.

A quelle date prévoyez-vous de sortir cet opus ?

Satsuki : Pas avant Noël. Une longue attente s'annonce.

Kaya, parlez-nous de votre nouveau single Vampire Requiem qui est sorti récemment en Europe.

Kaya : J'ai toujours souhaité faire quelque chose comme ça, j'aime les vampires et leur esthétique. J'en ai parlé à HIZAKI et il a composé la musique pour moi. La première fois que je l'ai écouté, j'ai tout de suite réalisé que ce serait un très bon single. J'avais raison (il sourit).

Satsuki, vous travaillez avec KISAKI au sein du KISAKI PROJECT. Pourquoi avez-vous décidé de vous joindre à lui ?

Satsuki : Nous nous connaissons depuis très longtemps, depuis nos anciens groupes, je crois. Nous avons toujours voulu faire quelque chose tous les deux et finalement nous avons réussi.

Qu'en est-il de Moon Stream, votre projet américain ?

Satsuki : Malheureusement, nous n'avons encore rien sorti, mais nous le voulons ! J'espère également avoir la chance de me produire à nouveau aux États-Unis.

Kaya, plusieurs de vos morceaux sont basées sur vos nouvelles. Prévoyez-vous de les rassembler et de les publier ?

Kaya : Peut-être un jour... Si on me le demande.

Y a-t-il une personne avec laquelle vous aimeriez travailler ?

Satsuki : Si cela avait été possible, j'aurais voulu rencontrer Alexander McQueen ne serait-ce que pour lui parler.

Kaya, l'été dernier vous avez fait renaitre Schwarz Stein pour une nuit. Voulez-vous faire revivre ce groupe complètement ?

Kaya : J'aime Schwarz Stein et pas uniquement parce que j'en suis le chanteur. Néanmoins, je pense qu'un retour est impossible à l'heure actuelle. Je suis en bons termes avec Hora, il m'aide parfois à composer la musique de mes chansons, mais il n'aime pas être sur scène, cela le gêne. Il préfère composer.

Quelles sont vos habitudes avant un spectacle ?

Satsuki : (il prend une cannette de Red Bull, la pointe du doigt et dit en anglais) S'il vous plaît, buvez du Red Bull (rires). (Il continue en japonais) J'en bois toujours avant de monter sur scène pour avoir plus d'énergie.

Comment vous détendez-vous après un concert ?

Satsuki : Je regarde des films. Par exemple, j'ai beaucoup aimé « Millenium : Les hommes qui n'aimaient pas les femmes ».

Quels pays aimeriez-vous visiter ?

Satsuki : Je voulais visiter la Russie et finalement je l'ai fait. Et je veux aller en France aussi.

Kaya : (pensif) J'aimerais revenir à Moscou comme un touriste ordinaire pour me promener tranquillement dans la ville.

Vous n'avez pas le temps de le faire ?

Kaya : Hélas non ! Nous avons un programme très chargé. Lors de ma première visite en Russie, il y a deux ans, j'étais allé voir la Place Rouge. Il est habituellement très difficile de trouver du temps pour faire du tourisme ou se balader dans les alentours durant une tournée.

Satsuki : Je suis seulement allé au supermarché (rires).

Satsuki, c'est la première fois que vous venez en Russie, quelles sont vos impressions ?

Satsuki : Le bortsch est délicieux (rires).

Il y a quelques jours, nous célébrions la Saint-Valentin. Que pensez-vous de cette fête ?

Satsuki : Personnellement, je n'y prête pas vraiment attention, donc je ne fais rien de spécial. Mais ce jour-là je suis toujours un peu excité en pensant « Je me demande si quelqu'un va m'offrir des chocolats » (il sourit).

Comment vous voyez-vous dans cinq ans ?

Kaya : Cinq ans ? (pensif) Et bien, j'ai beaucoup de projets intéressants en tête, mais pour le moment ils sont secrets (il sourit). Je veux faire des choses que personne n'a jamais fait avant.

Satsuki : Oh, j'espère avoir fait une tournée mondiale d'ici là.

Si vous aviez l'occasion de remonter le temps, changeriez-vous quelque chose ?

Satsuki : Hmm... Je pense que oui. Je n'aurai pas laissé RENTRER EN SOI mettre un terme à ses activités.

Si trois de vos vœux pouvaient être exaucés, quels seraient-ils ?

Satsuki : (rires) Bonne question. Et difficile aussi, je ne pense à rien pour le moment.

Kaya : Le premier vœu, la paix dans le monde. Le deuxième, que cessent les abus envers les enfants et les animaux. Je veux que tout le monde ait un endroit à lui, de quoi manger et un lit chaud dans lequel dormir. Et le dernier, je veux donner un concert dans une immense salle devant des fans du monde entier.

Un dernier message pour nos lecteurs ?

Satsuki : Merci à tous de lire JaME et cette interview. S'il vous plaît venez à nos concerts et amusons nous ensemble. Merci pour votre soutien sans faille. Je vous promets de revenir !

Kaya : Je souhaite remercier JaME car c'est grâce à votre site que nombre de mes fans actuels m'ont découvert ainsi que ma musique. Et bien sûr je veux remercier tous les fans, votre soutien est fantastique. Je vous promets de faire de mon mieux et de vous rendre heureux grâce à ma musique !

JaME remercie Kaya, Satsuki, leur management et Vladislav Lubimov (Squall Company) d'avoir rendu cette interview possible, ainsi que Sayaka Kamada pour la traduction.
items liés
artistes liés
concerts et événements liés
Kaya 19/02

Kaya
Moscow - Russia
Relax
commentaires
blog comments powered by Disqus
publicités