“WISH 03” ou les 4 ans de BREAKERZ célébrés au Nippon Budokan

live report - 12.02.2012 06:00

Le trio rock et ses légions de fans ont fêté le quatrième anniversaire du groupe lors d’une fraîche soirée d’été. Retour sur ce concert déluré.

Pour certains passionnés de musique, rien ne symbolise autant l’été qu’un bon concert. Les organisateurs d’événements musicaux l’ont bien compris et ils proposent de tout, du petit live en toute intimité pour la douzaine de fans du coin au gros festival d’un week-end qui vise les dizaines de milliers de participants. En remplissant un Nippon Budokan de 14 000 personnes, les fidèles du groupe de rock BREAKERZ ont permis de taper au milieu du sceptre. La rue en pente s’étirant de la station Kudanshita jusqu’à la salle est noire de monde et ce au moins une heure avant l’ouverture programmée des portes, sans compter les centaines de fans assis dans une attente anxieuse en face des portes même.

De nombreuses personnes se pressent, toutes excitées, le long des stands de goodies et CD. Cette file s’étend jusque dans la petite forêt qui borde la salle. Petit à petit, les spectateurs, aussi divers que possible que ce soit en terme d'âge, de genre ou de mode, s’engouffrent dans l’entrée. A l’heure où les portes sont censées ouvrir, les escaliers menant au deuxième étage du Budokan sont déjà bondés, et devant les portes du premier étage, la foule se presse à tel point que quiconque veut s’en éloigner doit se frayer un passage à travers un véritable essaim de fans impatients. Un exploit s’il en est.

A l’intérieur du hall, trois écrans, un au centre et deux sur les côtés, projettent le logo bleu “WISH 03”. Au sommet de la scène, encore plus détonnants, voire menaçants, on peut apercevoir des bras de squelette disposés dans la fameuse pose “wish” de DAIGO et surmontés d’un chapeau de pirate épinglé d’une rose. Sur scène sont dispersées quelques colonnes faisant furieusement penser à celles du jeu tetris Lumines, ainsi qu’une poutre en forme de croix en plein centre, certes moins fantaisiste mais bien plus sinistre. Un petit sac de flyers BREAKERZ et un bâtonnet lumineux attendent les fans sur leurs sièges respectifs. Parmi le public, on peut trouver la famille proche de DAIGO, que reconnaissent immédiatement leurs voisins les plus proches. Quelques murmures s’élèvent : “J’aimerais bien les saluer !”.

A 6 heures 30 précises, un buzzer bruyant réduit au silence ces chuchotements, et des clameurs s’élèvent lorsque les lumières s’éteignent. Soudain, sur l’écran du milieu commence un anime ! Il s'agit en fait d'une scène de "Cardfight!! Vanguard", une série basée sur le jeu de cartes du même nom. Dans l’extrait, Aichi, le héros, est sur le point de perdre un match, mais il sort alors sa dernière carte et lance, tout sourire, le combo ultime : tout d’abord, le guitariste SHINPEI. Au moment où on l’appelle sur l’écran, il apparaît sur une plate-forme à droite, entraînant un tonnerre d’applaudissements. Alors qu'il saute sur la scène, l'attaque d’Aichi continue avec AKIHIDE, qui, guitare à la main, se tient au sommet d’une plate-forme descendant cette fois à gauche. Finalement, Aichi joue “le chanteur de lumière”, DAIGO, qui surgit sur scène au milieu d’un jet de fumée rouge et des hurlements de la foule.
Les membres de session, Matsu à la basse et Makoto à la batterie, rejoignent également leur instrument alors que DAIGO annonce le premier morceau, CLIMBERxCLIMBER, récemment utilisé pour la publicité "Vanguard", et ce à la grande joie du public. Des feux d’artifice jaillissent de la scène alors que l’écran central se divise en trois bandes verticales pour suivre chacun des trois membres. La vigueur d’un public déjà captivé se renforce sur BIG BANG !, la chanson titre du troisième album de BREAKERZ. A chaque refrain, les effets visuels illustrent le nom du morceau par des explosions de lumière et de feu.

Avec le premier MC, DAIGO salue ses fans estrade par estrade. Il les remercie pour les trois concerts anniversaire consécutifs au Budokan, et bénit le temps clément, pour ensuite enchaîner avec la chanson Gekijô. Le morceau semble exciter autant le groupe que le public, comme le montre les déplacements des plus fréquents des membres. Le mystère reste entier sur leur capacité étonnante à continuer à chanter et jouer tout en traversant la scène dans le plus grand désordre.

Le concert évolue progressivement de l’énergie à l’extravagance, avec peut-être pour départ officiel le titre BAMBINO, sur lequel des danseuses habillées de robes rouges sollicitent DAIGO, SHINPEI et AKIHIDE, pendant que tous les membres frappent des mains en cadence sur la musique. Le groupe s’inquiète de savoir si le public s’amuse, et celui-ci acquiesce par de vives clameurs, qui se renforcent encore lorsque commence GO, la chanson titre de leur cinquième album à venir. Les choses se calment un peu avec Tsukiyo no itazura no mahô, durant laquelle l’écran diffuse l’image d’une pleine lune effecuant tout un cycle. Alors que les lumières s’affaiblissent en accord avec la fin de la chanson, les guitaristes se dirigent vers les deux côtés opposés de la scène et se lancent dans un duel de cinq bonnes minutes. Aucun gagnant n’est déclaré, mais les hurlements du public semblent indiquer qu’il accorde de bonne grâce la victoire aux deux.

L’étrange structure au dessus de la scène se révèle être effectivement une croix lorsque, après cette bataille, DAIGO réapparaît sur scène avec un bandeau de pirate et vêtu du costume de LAST † PRAY, le dernier single du groupe. Enchaîné par les deux bras sur la croix, le chanteur flotte au dessus de la salle, sous les cris de ses milliers de fans. L’extravagance ne fait que continuer avec BUNNY LOVE, sur laquelle des pole-danseuses aux oreilles de lapin viennent mettre un terme à l’atmosphère sombre et aérienne du morceau précédent. Mais même les bandeau de pirate, croix et bunny pole-danseuses paraissent bien pâles en comparaison de ce qui vient ensuite.

Lors du MC suivant, les membres du groupe se voient demander quelles chansons ils écoutent dernièrement. L’un répond Maru Maru Mori Mori, un morceau célèbre chanté par deux écoliers et diffusé à travers tout le Japon par la radio et les interphones scolaires. On leur offre de jouer la chanson sur-le-champ. DAIGO refuse : leur groupe fait du rock quand même ! Eh bien pas pour les quinze prochaines secondes, pendant lesquelles DAIGO, poussé par les autres membres, commence à chanter le refrain de Maru Maru au plus grand amusement de tous ses fans. Ces quinze secondes feront la une des journaux télévisés le lendemain matin.

Le reste de la set-list n’a rien à envier à sa première partie en ce qui concerne l’extravagance : un cortège de danseurs rejoint le groupe pour REAL LOVE 2010, pendant que DAIGO, en casquette de style militaire, salue du haut d’un podium surélevé. Sur Shakunetsu, presque tous les fans brandissent puis secouent vigoureusement la petite serviette du groupe. La dernière chanson, GRAND FINALE, commence de façon très appropriée par une explosion de serpentins au dessus de la foule. Une attente de deux minutes précède ensuite le premier rappel de la soirée, qui est constitué de deux morceaux acoustiques. Le premier, Arigatô ~Beautiful day, particulièrement digne d’intérêt, finit sur un DAIGO tenant la note pendant plus d’une trentaine de secondes, sous les applaudissements de plus en plus fournis de la foule.

Le deuxième rappel n'est censé comporter que deux chansons, puisque au Budokan les concerts doivent finir à 21h30, comme DAIGO l’apprend au public. On lui fait remarquer qu’il est déjà 21h14. Mais une rapide concertation du groupe conduira pourtant à quatre morceaux de plus, un SHINPEI torse-nu, et le morceau NO SEX NO LIFE qui peut se voir attribuer le titre de chanson la plus rock de tout le concert. C’est sans conteste une façon parfaite d’achever la soirée, même si le groupe a dépassé de neuf minutes la limite de temps.

Le groupe remercie et quitte la scène, juste avant qu’une rafale d’annonces ne secoue le public un peu plus. Tout d’abord, le nouvel album est annoncé pour septembre, sous les vivats des spectateurs. Puis la promesse d’une tournée ajoute à la fièvre du moment, rapidement suivie de l’annonce d’un concert pour le fan club à Hong Kong qui met définitivement la foule à genoux. C'est ainsi que se conclut ce concert de BREAKERZ, point fort de l’été pour les fans du groupe et ouverture d’un nouveau chapitre dans l’histoire de ce dernier.

Set-list :

01. CLIMBER×CLIMBER
02. BIG BANG!
MC
03. Gekijô
04. NEXT LEVEL
05. Everlasting Luv
06. BAMBINO
MC
07. GO! (New Song)
08. Tsukiyo no Itazura no Mahô
- Guitar Battle -
09. LAST † PRAY
10. BUNNY LOVE
11. Hatsukoi Trampoline
MC
12. Zettai! I LOVE YOU
13. REAL LOVE 2010
14. DEAR LIAR
15. Shakunetsu
16. GRAND FINALE

R1. Arigatô ~Beautiful day~ (Acoustic)
R2. Sore wa Yasashii Kimochi (Acoustic)
R3. Hikari

R4. SUMMER PARTY
R5. DESTROY CRASHER
R6. NO SEX NO LIFE
R7. IN THE SKY
artistes liés
concerts et événements liés
BREAKERZ 22/07

BREAKERZ
Tokyo - Japan
Nippon Budokan
commentaires
blog comments powered by Disqus
publicités