Interview avec LITE à Birmingham, Angleterre

interview - 15.02.2012 06:00

JaME a eu la chance de discuter avec le groupe de rock instrumental LITE avant son concert au Flapper de Birmingham le 16 octobre dernier.

Avant leur concert au Flapper de Birmingham le 16 octobre dernier, JaME a eu l'opportunité de s'entretenir avec les membres du groupe rock instrumental LITE au sujet de leur tournée actuelle, de leur dernier album et de ce qui se cache derrière leur musique.


Pourriez-vous vous présenter à nos lecteurs?

Nobuyuki : Mon nom est Nobuyuki. Je suis le guitariste.
Jun : Mon nom est Jun. Je suis le bassiste.
Akinori : Moi c'est Akinori. Je suis le batteur.
Kouzou : Je m'appelle Kouzou et je joue de la guitare.

Avez-vous apprécié votre tournée jusqu'ici ?

Nobuyuki : Oh oui ! Beaucoup.

Quels endroits avez-vous aimé visiter ?

Nobuyuki : Nous avons été à Glasgow en Ecosse mais aussi à Leeds. Puis ici à Birmingham. C'est notre troisième concert pour cette tournée. Je pense que le concert de la nuit dernière était mieux que le premier.

Où aimeriez-vous partir en tournée ?

Nobuyuki : Partout où nous n'avons pas encore été, donc n'importe tout.

Comment s'est présentée l'opportunité de cette tourné en collaboration avec Maybeshewill ?

Nobuyuki : Nous travaillons avec le label Transduction Records dont le patron connaît un tourneur à Leeds qui travaille avec une compagnie appelée Northern Music. Le patron de Transduction lui a alors demandé d'organiser une tournée pour nous.

Est-ce étrange de tourner avec ce groupe ?

Nobuyuki : Non ce n'est pas étrange. C'est même bien, cela nous correspond assez.

Quelles sont vos plus grandes influences musicales ?

Jun : Led Zeppelin.
Akinori : En tant que batteur c'est Bobo, le batteur de 54-71.
Nobuyuki : J'aime le groupe américain Shellac.
Akinori : (S'adressant à Kouzou en plaisantant) Dreamtheater. (Ils rient tous)
Kouzou : Non, c'est une blague.

Votre musique à des rythmes et mélodies très complexes. Comment composez-vous vos morceaux ?

Nobuyuki : J'écris quelques incises (unité rythmique de quelques notes), puis nous improvisons avec ça en studio afin de construire la chanson. A chaque fois que nous faisons une jam session et que nous arrivons à créer une bonne incise, nous l'utilisons pour créer un morceau.

Est-ce que vous avez l'impression que vos compositions sont devenues plus matures avec le temps ?

Nobuyuki : Oui, je le pense. En fait, nous avons changé notre manière de composer afin d'exprimer notre musique d'une meilleure manière. Au départ, lorsque nous avons commencé le groupe, nous jouions un genre de math rock. C'était complètement composé de A à Z. Mais en ce moment nous jouons quelque chose de plus brouillon et nous tirons plus d'émotions de la musique, et en particulier des mélodies. Nous n'avions pas tant de parties mélodiques lorsque nous avons débuté, mais nous en avons utilisées beaucoup plus, notamment dans le dernier album. Pour moi, la mélodie est une accroche, comme un riff de guitare accrocheur. Je pense qu'une mélodie entraînante touche vraiment l'auditeur, donc j'aime ça.

LITE est réputé pour avoir des clips impressionnants qui mettent en valeur la musique. Qui est en charge de leur création ?

Nobuyuki : Pour la plupart d'entre eux, nous laissons le réalisateur faire tout ce qu'il souhaite, mais pour le clip d'Image Game, la plupart des idées viennent de nous. Cela arrive parfois, mais normalement les idées sont celles du réalisateur.

Est-ce que cela signifie que parfois le résultat diffère totalement des images que vous aviez en tête lorsque vous composiez le morceau ?

Nobuyuki : Nous n'avons pas vraiment d'images à l'esprit lorsque nous créons une musique. Je pense qu'une chanson n'est pas seulement une image, c'est surtout une émotion accrocheuse, alors pour moi ce n'est pas visuel.

Vous pensez donc que vos morceaux n'ont pas ce genre d'histoire ou d'images que possèdent les chansons à texte ?

Nobuyuki : Les gens s'imprègnent de plein d'images différentes en écoutant une chanson, ce n'est donc pas une seule et unique image. Nous voulons que les auditeurs pensent à tout et n'importe quoi lorsqu'ils écoutent notre musique, nous ne les forçons pas à penser à quelque chose en particulier. Cela reste libre.

Est-ce la raison pour laquelle vous avez décidé de créer une musique instrumentale plutôt que d'avoir un chanteur ?

Nobuyuki : Pour moi, avoir un chanteur n'est pas tellement important. C'est la même chose, que vous jouiez de la guitare ou chantiez une chanson. Il est fort probable que je chante sur un morceau à l'avenir, mais je ne pense pas que ce soit pertinent.

Pensez-vous qu'une musique instrumentale soit plus à même de toucher un public international ?

Nobuyuki : Bien que certains groupes japonais chantent dans un bon anglais, il reste des erreurs et le résultat est parfois étrange... Cela pourrait devenir problématique s'ils venaient jouer à l'étranger. Je pense qu'il est bon de chanter en japonais, c'est attractif pour le public.

Comment décririez-vous votre son et en quoi LITE se distingue des autres groupes ?

Nobuyuki : La composition...
Jun : Nous ne nous comparons jamais aux autres groupes.
Akinori : C'est important pour moi de composer. Composer un morceau est vraiment primordial.

En juillet, vous avez sorti votre nouvel album For all the innocence. Il y a un thème animalier récurrent tout au long des titres de vos morceaux. Quelle en est la raison ?

Nobuyuki : La première chanson que nous avons faite s'appelle Rabbit. Les Chinois et les Japonais ont une année du lapin, du dragon, etc. Et l'année où nous avons créé ce morceau, c'était l'année du lapin, donc nous avons choisi ce titre. Puis nous avons composé un nouveau morceau, mais nous n'avions pas encore choisi son titre. Nous commencions à nous ennuyer du post rock et du math rock, nous voulions changer, devenir quelque chose de nouveau. Alors, lorsque que nous avons travaillé sur de nouvelles compositions, nous étions de bonne humeur et nous avions l'impression d'avoir plus de liberté et d'innocence. L'animal a la même innocence et c'est ce que nous avons fait.

Quelles sont vos morceaux préférés sur l'album ? Y en a-t-il des particulièrement réussis ou qui sont difficiles à jouer en concert ?

Nobuyuki : Ma préférée est Rabbit. J'aime particulièrement jouer ce morceau. Lorsque nous la composions, nous avons développé le son, mais j'utilise un régulateur midi pour renforcer la musique lorsque nous la jouons en concert. Le rendu est vraiment différent de la version CD.

Qu'en est-il des autres membres ? Quel est le morceau de For all the innocence que vous préférez ?

Jun : J'aime Pirates and Parakeets.
Akinori : Rabbit et... (Réfléchit) 9day...?
Nobuyuki : Ce n'est pas « nine day », c'est « seven day » ! (Rire général)
Akinori : Ah oui, 7day Cicada.
Kouzou : J'aime bien Rabbit également.

En 2007, vous avez sorti un album live après avoir joué à Limerick, New York et Los Angeles. Peut-on s'attendre à un nouvel album live après cette tournée ou prévoyez-vous d'autres sorties ?

Nobuyuki : Nous travaillons sur un nouvel EP, qui sortira en début d'année prochaine, ainsi qu'un DVD de notre tournée 2010. Nous avons joué à Shibuya il y a deux mois, et nous avons enregistré notre performance ce jour-là et nous allons donc la sortir en DVD également.

Pour finir, auriez-vous un message pour vos fans internationaux ?

Nobuyuki: Nous sommes un groupe japonais, mais notre musique n'est pas seulement japonaise. Je pense qu'elle n'a pas de frontière, alors j'aimerais que les auditeurs nous écoutent, et s'il pouvait ressentir quelque chose, ce serait formidable.


JaME tient à remercier LITE pour avoir rendu cette interview possible.
items liés
artistes liés
commentaires
blog comments powered by Disqus
publicités