Interview avec Berryz Koubou au Sakura-Con

interview - 19.01.2012 06:00

Berryz Koubou a gentiment offert de son temps pour parler avec JaME le dernier jour du Sakura-Con 2011.

Pour célébrer ses débuts aux États-Unis, le groupe d’idoles Berryz Koubou a donné un concert au Sakura-Con et a sorti son septième album 7 Berryz Times en Amérique avec JapanFiles. Parallèlement à cela, les sept membres du groupe ont gentiment accepté de répondre aux questions de JaME le dernier jour de la convention.


Bonjour Berryz Koubou et bienvenue en Amérique. Pouvez-vous commencer par vous présenter ?

Saki : Je suis la capitaine du groupe, Shimizu Saki. J’aime les cerisiers en fleurs. Enchantée.
Momoko : Je suis Tsugunaga Momoko. Je suis la plus mignonne du groupe. Ravie de vous rencontrer. (Tout le monde nie en plaisantant.)
Chinami : Je suis Tokunaga Chinami. J’aime les animes et les mangas autant que les goodies américains, comme les petits gadgets.
Maasa : Sudou Maasa ici. Mes principaux atouts sont mes yeux et mes lèvres "tarako”. S’il vous plaît, prenez soin de moi.
Miyabi : Je suis Natsuyaki Miyabi, enchantée. Mes principaux atouts sont mes petites oreilles et le petit grain de beauté sous mon œil. Parce que j’ai de petites oreilles, je ne peux pas utiliser des cotons tiges normaux. Quand je dois les nettoyer, je dois prendre ceux pour les bébés. (Rires)
Yurina : Je suis Kumai Yurina et je suis la plus grande du groupe. Comme ça, si quelqu’un veut se souvenir de moi...
Risako : Mon nom est Sugaya Risako, ravie de vous rencontrer. Mon loisir favori est de regarder des films.


Alors comment allez-vous ? Comment était le vol vers les États-Unis ?

Berryz Koubou : (En japonais) Genki ! (Nous allons bien !) On a toutes dormi. Ce fut tellement fatigant !
Saki : C’était un long vol jusqu’ici, j’ai eu la migraine.


Berryz Koubou a voyagé à Hawaï l’an dernier pour une tournée avec le fanclub, mais aujourd’hui c’est votre première fois en Amérique. Que ressentez-vous ?

Maasa : C'était un long vol, mais même lors du voyage nous étions impatientes. Seattle est une belle ville, tout le monde est agréable. Nous attendions avec impatience de venir ici et je suis heureuse d’être là.


Y a-t-il des endroits que vous aimeriez visiter plus particulièrement pendant que vous êtes ici ?

Berryz Koubou : Oui, quelques uns. Safeco, non … le Space Needle...
Miyabi : J’aimerais faire du shopping, voir les quartiers populaires.
Momoko : Oh, je veux voir le Starbucks d’ici. J’ai entendu dire qu’il avait un logo différent, j’aimerais acheter une tasse là-bas.


Votre passage au Sakura-Con est lié à la sortie de votre album 7 Berryz Times en édition américaine. Avez-vous le projet de sortir d’autres albums aux États-Unis ?

Berryz Koubou : Oui !
Maasa : Nous serions ravies de sortir plusieurs albums en Amérique.


Est-ce qu’une tournée vous paraît possible ?

Berryz Koubou : Nous aimerions bien !
Chinami : L’Amérique est très grande, non ? J’aimerais aller partout.


Pouvez-vous nous en dire plus sur l’album 7 Berryz Times ? Quels sont les thèmes ou le concept qu’il contient ?

Maasa : C’est la septième année de Berryz Koubou et donc le septième album. Nous voulions faire le concept du chiffre “7”, il a donc un sens spécial pour nous.


Comment s’est passé l’enregistrement ? Avez-vous aimé travaillé en studio ?

Maasa : Nous enregistrons les parties chants individuellement, une à la fois. Sur l’album, chacune de nous a essayé d’être à la fois sexy et “kawaii” (mignonne). Mais c'était difficile de s'en souvenir et de l'être en même temps.


Pouvez-vous aller plus loin dans l’explication ?

(Rires)
Momoko : Kawaii...sexy... Eh bien, une chanson sexy, c'est quand tout le monde chuchote. Et kawaii c'est quand les derniers mots donnent envie de sauter à la fin. (Rires)


Que faut-il pour devenir une idole et à quel genre de difficultés avez-vous à faire face ?

Maasa : Eh bien, je n’ai pas à jouer pour être une idole. (Rires) J’essaye d’être aussi naturelle que je le peux en ayant une voix forte et en riant. Mais parce que je suis une idole, j’ai des fois l’impression que je dois me taire pour montrer mon côté naturel. (Rires)
Miyabi : Quand nous faisons des séances de dédicaces et que nous serrons des mains, nous devons être sur des talons hauts pendant une longue période et cela donne des crampes dans les jambes. Mais je m’y suis habituée. (Rires)
Momoko : Oui, je me sens comme une idole. (Rires)


Alors, Momoko, qu’est-ce qui fait la parfaite idole ?

(Rires)
Momoko : Eh bien, premièrement, garder votre petit doigt levé...
Miyabi : Vous savez, en concert, Momo a toujours une grande bague. A cause de ça, elle garde toujours le petit doigt en l'air. (Rires)
Momoko : Donc après, vous devez croire que vous êtes mignonne. C’est important ! Et communiquer avec les fans c’est important aussi.
Maasa : Et vous devez laisser votre petit doigt levé tout le temps, pour montrer que vous êtes mignonne.
Momoko : Puis faire un cœur avec vos mains avec votre petit doigt levé ! Alors là vous êtes une idole !
Miyabi : Mais seulement Momo fait ça... (Rires)


Comment trouvez-vous le temps de faire des projets à côté de Berryz Koubou et réussir à jongler avec ?

Miyabi : Je peux changer ma personnalité en fonction des chansons, mais aussi par rapport aux habits que je porte. Alors c’est facile pour moi de rentrer dans le personnage que je joue, ou la personne que je suis, comme faire une pose mignonne. Je peux m’adapter à tous les projets auxquels je participe.


Est-ce que l’une d’entre vous aimerait être une doubleuse ?

Berryz Koubou : Oh, j’aimerais essayer !
Saki : J’ai déjà essayé une fois, mais c’était vraiment dur.
Risako : Pareil. C’était difficile.


Pensez-vous que Berryz Koubou arrive à un point de sa carrière où vous aimeriez explorer de nouvelles choses ?

Miyabi : Je voudrais essayer de devenir modèle... Une modèle Berryz. (Rires)
Momoko : Nous avons vu un défilé hier avant notre concert, et cela nous a donné envie de devenir modèles.


Qui a dessiné les costumes que vous portez en ce moment ?

Miyabi : Notre styliste et designer.
Maasa : Ils sont très pailletés, non ?
Momoko : Le visuel convient à la chanson. Les costumes que nous portons actuellement sont les mêmes costumes que nous mettons à l’ouverture de nos concerts au Japon. C’est très choquant pour le public parce qu’ils sont très brillants.


Pour nos lecteurs qui n’ont pas pu assister au live au Sakura-Con, est-ce que Chinami peut brièvement expliquer la signification du costume de poisson qu’elle a porté et la raison pour laquelle elle l’a fait?

(Rires)
Chinami : Dans nos concerts au Japon, nous nous cosplayons avec différents costumes et nous avons déjà utilisé ce costume de poisson. Nous avions entendu que le Sakura-Con était très populaire chez les cosplayeurs et également que Seattle était très connu pour ses fruits de mer. Quand nous sommes arrivés à Seattle et que nous avons vu tout le monde en cosplay, j’ai pensé que je devais également en faire un. (Rires) Le staff avait pris le costume de poisson donc j’ai décidé de le porter, et c’est ce qui s’est passé. (Rires) Le “tai” est une carpe rouge et tout le monde portait un costume de poisson avec le mot “tai” écrit dessus à un de nos concerts au Japon, et Momo était la vendeuse de poisson et portait des bottes en caoutchouc à la place. Donc je voulais le refaire.


C’était une idée accrocheuse.

(Rires)
Maasa : Oui ! L’utilisation de “tai” est une blague japonaise : medachitai (qui veut se distinguer)... Et c’est pourquoi tout le monde voulait être une carpe rouge, “tai”.


Quels sont vos projets pour les mois à venir ?

Miyabi : Plus de concerts.


Enfin, avez-vous un message pour nos lecteurs ?

Risako : Nous n’avons pas pu communiquer directement autant que nous l’aurions voulu avec nos fans ces trois derniers jours, mais nous avons eu quand même un peu de temps. Merci pour votre soutien et s’il vous plaît, continuez de soutenir Berryz Koubou.
Yurina : Nous n’avons pas eu la chance de visiter Seattle. Mais la prochaine fois, nos fans devront nous dire où aller.
Miyabi : Nous sommes enchantées par la venue de différentes personnes du monde entier à notre concert. Ce fut une expérience rare et révélatrice. J’aimerais beaucoup visiter les pays d’où elles viennent. Merci pour votre soutien !
Maasa : La prochaine fois que nous venons au Sakura-Con, j’aimerais essayer de me cosplayer.
Chinami : Comme je vous l’ai déjà dit, j’adore la nourriture et les gadgets américains. J’aimerais aussi essayer de me cosplayer la prochaine fois, mais pas en costume de poissons. (Rires)
Momoko : Notre séjour a été très court, je suis triste de devoir déjà partir. Mais la prochaine fois, venez-nous rendre visite et voir les cerisiers en fleurs.
Saki : Je suis fière que Berryz Koubou ait participé au Sakura-Con. J’apprécie votre soutien et espère revenir aux États-Unis une prochaine fois, merci de nous encourager.


JaME voudrait remercier Berryz Koubou, Yaz Noya et son management, ainsi que JapanFiles pour avoir permis cette interview.
items liés
artistes liés
commentaires
blog comments powered by Disqus
publicités