Interview avec SuG au V-ROCK FESTIVAL '11

interview - 04.12.2011 06:00

Avant sa performance au V-ROCK FESTIVAL '11, le groupe SuG a pris le temps de donner une interview à JaME.

Quatre ans après la première interview avec SuG, JaME a de nouveau rencontré le groupe pour parler de ses changements, ses nouvelles sorties, ses futurs projets et sa vision du visual kei à l’international.


Comme JaME a eu la chance d'interviewer SuG en Allemagne il y a quatre ans, cette fois, plutôt que de vous présenter vous-même, pourriez-vous introduire la personne à côté de vous et nous raconter une petite anecdote ?

Chiyu : N’importe quoi peut apparaître du sac de masato. (Rires) C'est comme la poche « yojigen » dans l'anime Doraemon (poche de la quatrième dimension qui permet à Doraemon de faire apparaître ce qu'il veut). Il a les capacités de Doraemon. (Rires) Il a de nombreuses choses très utiles là-dedans.

masato : J'ai énormément de choses là-dedans, des mouchoirs, des ciseaux... (Rires) shinpei peut s’endormir n’importe où. Si nous parlons des personnages de Doraemon, il serait Nobita. (Rires) Il peut se mettre en boule et dormir sous une table ou ailleurs. Il aime vraiment dormir.

shinpei : J’ai dormi ici aussi aujourd’hui. (Rires) Takeru est le cœur de SuG, il est toujours celui qui prend les décisions, qui fixe les idées...

Takeru : Si nous pensons à Doraemon, yuji serait le type de personnes que Shizuka aime. C'est un otaku que les gens qui sont comme les idoles de tous aimeraient. (Rires)

SuG : Pourquoi en venons-nous à Doraemon à chaque fois ? (Rires)

yuji : Le bassiste Chiyu, il est aussi populaire avec les filles que Dekisugi, et nous en revenons à Doraemon encore. (Rires) Il est adorable… vraiment. (Rires)


La dernière fois que nous avons parlé, c’était il y a quatre ans. Comment SuG a évolué depuis ?

yuji : Premièrement, le batteur a changé et nous avons fait nos débuts en major.

Chiyu : Sinon, nous sommes également allés plusieurs fois à l'étranger, notamment en Asie, à Taiwan et Singapour.


Comment étaient ces concerts en Asie ?

yuji : Il y avait de nombreux fans vraiment passionnés. Leur voix étaient très fortes pendant les concerts. Quand nous sommes descendus de l’avion à l’aéroport, ils nous ont aggripés les bras, n’ont pas arrêté de marcher à nos côtés et ne voulaient pas nous laisser repartir. (Rires)

shinpei : Ils étaient vraiment très passionnés, c’était très différent du Japon.


Si vous imaginez SuG dans quatre ans, comment sera-t-il ?

Chiyu: Quatre ans plus tard … Au moins, l’un d’entre nous voudra avoir un enfant. (Rires)

SuG: (Rires) L’un d’entre nous sera marié et papa. Il sera comme le papa du groupe. (Rires)


Toy Soldier sort le 26 octobre. Pouvez-vous nous en dire plus sur le concept de ce CD ?

Takeru : Pour être cohérents avec le titre de Toy Soldier, nous avons pensé à y introduire un peu de saveur militaire. Donc, pour les costumes, nous les avons arrangés de façon militaire, mais à la manière de SuG et dans le clip, certaines danses se font dans un camp d’entraînement, comme des exercices de manœuvres. Je pense que cette chanson est quelque peu spéciale pour le groupe.


Comment s’est passé le tournage du clip ?

Takeru : C'est difficile à chaque fois, mais tout particulièrement pour celui-là car nous avions un emploi du temps serré.


Avez-vous quelques anecdotes à nous raconter sur le tournage ?

yuji : Nous nous sommes battus avec un projecteur. (Rires)

Takeru : Ils nous ont dit que le projecteur était cassé et que nous ne pouvions l’utiliser, il a donc été changé pour pouvoir continuer le tournage.

shinpei : J’aurais aimé qu’ils s’en débarrassent dès le début. (Rires)


Pour les fans ne comprenant pas le japonais, pouvez-vous nous parler des thèmes abordés dans cette nouvelle sortie ?

Takeru : Tout d’abord, nous disons qu'il faut prendre soins des personnes qui vous sont proches, comme votre famille, vos amis, votre partenaire.


Vous avez dit que le thème principal était militaire. Pourquoi ce choix et où avez-vous puisé l'inspiration ?

Takeru : Toy Story. Pas de vrais films de guerre. Il y a plus d’insipiration dans les personnages de Disney et le reste.


Habituellement, quand vous créez de nouveaux travaux, qu’est-ce qui vous influence ?

SuG : C’est différent pour chacun de nous.

shinpei : Je pense que ça vient principalement de la musique que j’écoute. C’est facile d’être influencé par quelque chose que vous aimez sur le moment.

Chiyu : Je suis pareil. Takeru est probablement différent…

Takeru : Je suis influencé notamment par les mangas et les films. Tous les autres membres par la musique.


Pouvez-vous nous donner quelques exemples ?

SuG : Comme S/mileage, un groupe japonais d’idoles d’avant-garde. (Rires) S/mileage et Marilyn Manson... (Rires) Nous aimons les extrêmes, et de nombreux genres différents.


C’est votre deuxième performance au V-ROCK FESTIVAL. Que ressentez-vous par rapport au fait de prendre part à un événement si important et si spécial ?

Takeru : C’est très intéressant de pouvoir rencontrer autant de différentes personnes ici. Cette fois, nous sommes sur une petite scène mais nous voulons faire de notre mieux pour pouvoir participer à la scène principale la prochaine fois.


Il y a beaucoup de groupes étrangers qui participent au V-ROCK FESTIVAL également. Que pensez-vous des groupes étrangers influencés par le visual kei ?

Takeru : J'apprécie particulièrement Tokio Hotel. Je pense que ces groupes ont été influencés par le visual kei, mais que la musique qu'ils ont écoutée en grandissant fait partie de leurs influences. S'ils faisaient du visual kei au Japon, cela donnerait quelque chose de frais et rare. Je pense que c'est la meilleure forme, c'est comme du visual kei né en dehors de nos frontières. Ils ne le font pas comme nous le faisons ici, ils le font à leur façon et c'est cela que j'aime.


Pouvez-vous nous parler de million $ orchestra ?

Takeru : Il s'agit d'une marque pour laquelle je crée des designs. Plutôt que de chercher des vêtements qui colleraient à l'image de SuG, j'ai pensé qu'il serait plus rapide de les créer, c'est comme cela que j'ai commencé à les dessiner. Ils sont basés, par exemple, sur le thème des soldats et j'utilise des motifs qui sont sur nos costumes de scène pour créer ces vêtements.


Avez-vous également dessiné les costumes des membres ?

Takeru : Pas vraiment. J’ai fait parfois quelques choix, mais en général chacun de nous choisit ce qu’il veut porter.


Takeru, vous avez participé à quelques films. Voulez-vous en faire plus ?

Takeru : Oui, si c’est un personnage dégoûtant, je veux le faire. (Rires)


Qu’en est-il des autres membres, voudriez-vous également jouer dans des films ?

Chiyu : Oh non, je n’aime vraiment pas ça. (Rires)

yuji : J’aimerais vraiment essayer de le faire mais je ne suis pas capable de me rappeler des dialogues. (Rires)

SuG : Tu veux dire comme le V-cinema (films en direct), n’est ce pas ? (Rires)

yuji : Oui le V-cinema, c’est quelque chose de propre à la culture japonaise.

Takeru : V-cinema et V-Rock, ça n’a strictement rien à voir l’un avec l’autre excepté le « V ». (Rires)

shinpei : Il y a beaucoup de membres du groupe qui ne sont pas très à l’aise dans le tournage de clips, donc je pense que c’est improbable de les voir dans des films. (Rires)

SuG : Ca serait intéressant ! Mais mieux pour les rôles sans paroles. (Rires) Ca serait sûrement un peu difficile.


Comme vous l’avez dit, SuG a joué en Asie et la dernière fois que vous êtes venus en Europe c'était il y a quatre ans. Aimeriez-vous y revenir ou aller autre part ?

yuji : J’aimerais jouer en Australie.

shinpei : Je pensais à l’Europe, et je croyais que tu parlais de l’Autriche. (Rires)

SuG : En Europe, nous voulons jouer dans beaucoup d’endroits.

shinpei : Je suis déjà allé en Allemagne, Suisse et Australie avant d’être dans le groupe donc j’aimerais pouvoir jouer dans des pays où je suis pas encore allé.

masato : Je voudrais aller en Amérique une fois. J’aimerais y aller par moi-même mais également pour y jouer.


Avez-vous ressenti le concert en Allemagne différemment de ceux au Japon ?

Takeru : La puissance des voix était très différente et j’ai été très surpris.

yuji : C’était la première fois et j’ai pensé : « Oh ! Les humains sont capables de crier si fort ! ».

Chiyu : Les fans étaient très accueillants, ils devenaient sauvages avec n’importe quelle parole. (Rires) Ils s’amusaient même quand on buvait juste de l’eau. (Rires) C’était super.


Pouvez-vous nous parler des projets de SuG à partir de maintenant ?

Takeru : Beaucoup de choses vont arriver. Nous ne voulons pas être catalogués, mais nous sommes un groupe qui s’exprime à travers entre autres ses vêtements et ses vidéos, donc je crois que nous sommes principalement basés sur le visual kei. A partir de maintenant aussi, nous voulons continuer à nous exprimer nous-mêmes fortement à travers les vidéos, les habits....


Enfin, avez-vous un message pour nos lecteurs ?

shinpei : Je ne suis jamais venu en Europe avec le groupe, et nous sommes allés quelques fois en Asie donc j’aimerais jouer au moins une fois en Europe ou en Amérique. Si nous avons une chance de le faire, s‘il vous plaît attendez-nous.

masato : La musique visual kei est reconnue à l’international et beaucoup d’artistes sont allés à l’étranger maintenant, et il paraît que beaucoup de personnes acceptent et écoutent cette musique. A côté de cela, j’aimerais que l’on soit capable de nous exprimer nous-mêmes, donc si nous avons l’opportunité, j’aimerais y retourner.

Chiyu : Il n’est pas facile d’aller à l’étranger, et pour de multiples raisons, il n'est pas aisé d'y diffuser notre musique. Donc si les fans disent « Ecoutez SuG » et nous recommandent à leurs amis, le nombre de fans de SuG grandira et il sera plus facile pour nous de venir. Merci de passer le mot !

yuji : C’était mon anniversaire il n’y a pas si longtemps, et j’ai reçu énormément de messages de personnes du monde entier. Je ne ressens pas cela d’habitude, mais là j’ai réalisé à quel point beaucoup de personnes nous attendaient partout sur le globe. Donc si nous en avons l’opportunité, j’aimerais pouvoir rencontrer nos fans du monde entier. Continuer de nous soutenir ! (Rires)

Takeru : Je suis heureux que nos fans se sentent plus proches de nous grâce à l’aide d’internet, comme par exemple JaME. Mais se satisfaire seulement de ça est aussi triste, donc j’aimerais montrer notre travail et rencontrer tout le monde en personne au moins une fois. Même si nous ne pouvons nous rencontrer, je pense que nous sommes un groupe dont les gens qui regardent des animes pourraient aussi nous aimer, donc si vous pouviez partager ce sentiment et en profiter, je serais heureux.


JaME aimerait remercier le V-ROCK FESTIVAL '11 et le management du groupe pour avoir rendu cette interview possible, ainsi que Non-Non pour son aide dans la traduction.
artistes liés
commentaires
blog comments powered by Disqus
publicités