Entretien avec UPLIFT SPICE

interview - 15.11.2011 06:00

Rencontre avec UPLIFT SPICE avant son passage déchaîné sur les planches marseillaises.

Alors que le groupe UPLIFT SPICE arrive sur la fin de sa première tournée européenne, il nous a accordé un peu de son temps juste avant son concert à Marseille pour nous présenter son histoire et sa musique.

Tout d’abord, pourriez-vous vous présenter en nous mentionnant ce qui vous caractérise au sein du groupe ?

Chiori : Je suis Chiori la chanteuse d’UPLIFT SPICE et je suis folle ! (Rire général)
YOOKEY : Je suis le guitariste YOOKEY et je suis blond.
tobita : Je suis tobita le batteur et c’est moi qui mange tout.
Kenji : Je suis le bassiste, Kenji, et c’est moi qui surveille tobita. (Rire général)

Comment vous êtes-vous rencontrés ?

YOOKEY : En fait, lorsque nous étions lycéens à Kyoto, Chiori et moi sommes montés à Tokyo à la fin de nos études et c’est là que nous avons rencontré tobita, qui nous a ensuite présenté Kenji.

Votre carrière a donc commencé à Tokyo ?

YOOKEY : Oui, tout à fait.

Que signifie UPLIFT SPICE et comment avez-vous choisi ce nom ?

YOOKEY : Le sens de notre nom vient du fait que nous espérons que les gens qui se rendent à nos concerts sentent la tension monter, un peu comme lorsque l’on mange un plat épicé. Quant au nom du groupe, j’ai voulu en choisir un qui était difficilement prononçable, difficile à retenir, de manière à ce que, une fois qu‘on arrive à le prononcer, on ne l’oublie plus.

Quand avez-vous commencé à jouer d’un instrument ?

YOOKEY : J’ai commencé la guitare à quinze ans.
Chiori : J’ai un piano chez moi, mais comme mon instrument c’est ma voix, je ne sais pas m’en servir.
tobita : A quatorze ans, j’ai appris la guitare et à seize, la batterie.
Kenji : A partir de seize ans, j’ai commencé à jouer de la basse.

Fin 2010, vous vous êtes lancés dans une longue tournée assez chargée de quarante-deux dates et qui s’est notamment terminée par votre premier one-man. Cette expérience vous a-t-elle plu ? N'était-ce pas trop difficile ?

YOOKEY : Notre politique est d’organiser une tournée parallèlement à la sortie d’un album ou d’un CD. Oui, naturellement, il y a eu des moments difficiles pendant la tournée, mais nous nous souvenons surtout de la joie du dernier concert.

Kenji, vous êtes justement arrivé récemment dans le groupe après le départ d’Atsushi à la suite de cette longue tournée. Comment s’est passée votre intégration et n’est-ce pas trop difficile de travailler avec votre frère tobita ?

tobita : Suite au départ du bassiste, nous avons fait plusieurs auditions. Nous n’avons pas choisi Kenji directement, mais des différents essais, c’est lui qui s’est le plus démarqué. Au contraire, c’est plus facile de travailler avec son frère.

En 2007, vous avez participé à la bande originale du film Heat Island avec la chanson Hanabi no iro. Comment cette opportunité s'est-elle présentée à vous ?

YOOKEY : En fait, nous ne savons pas vraiment comment c’est arrivé, on nous l’a proposé et nous avons donc chanté.

Avez-vous composé ce titre spécialement pour le film ou existait-il auparavant ?

Chiori et YOOKEY : En fait, c’est un titre qui était déjà sorti en CD, il s’agit donc d’une reprise dans le cadre de ce film.

Votre succès a connu une progression graduelle et croissante assez étonnante : en 2008, vous étiez les premières parties d'ELLEGARDEN et BRAHMAN, deux groupes réputés sur la scène punk/rock japonaise. En 2010, c'est avec des groupes occidentaux tels que THE USED et SAOSIN que vous avez joué et vous vous êtes également produits lors du fameux SUMMER SONIC. Avez-vous été surpris de cette fulgurante ascension ?

YOOKEY : Au Japon, beaucoup de groupes ont une progression plus rapide que la notre, mais comme notre avancée est très régulière, nous en sommes très satisfaits et heureux.

Vous avez choisi d’appeler votre premier album complet UPLIFT SPICE. A-t-il marqué un tournant particulier pour vous au point de le souligner avec un titre éponyme ?

YOOKEY : Le choix était lié au fait que les mini-albums nous ont surtout permis d’étudier l’évolution de notre musique et d’expérimenter. Donc pour cet album, nous voulions montrer que nous étions devenus une entité entière, que nous avions trouvé notre identité. C’est un peu comme un diplôme de fin d’études.

Pour continuer sur les albums, vous avez sorti Paradigm Shift cet été. Pouvez-vous nous en parler ?

YOOKEY : C’est un album assez significatif pour nous, parce que c’est le premier auquel Kenji a pris part. C’est un album complet car nous l’avons créé tous ensemble. Nous avons donc un sentiment, une relation très forte avec lui.

A-t-il un concept particulier ?

Chiori : C’était un peu compliqué, car d’un côté l’arrivée de Kenji et sa présence ont créé un changement dans le groupe, mais de l’autre, nous étions inquiets que les fans ne retrouvent plus l'UPLIFT SPICE qu'ils connaissaient dans ce nouvel album. Il fallait donc d’un côté faire quelque chose de rafraîchissant tout en continuant la ligne directrice de notre groupe depuis ses débuts.

Parmi les titres de l'album, on y trouve la chanson Galileo. Est-ce un clin d’œil au groupe Galileo Galilei qui devient de plus en plus populaire au Japon ou plutôt au célèbre personnage historique ?

YOOKEY : Ce n’est ni l’un ni l’autre.

Chiori : Le morceau est en fait basé sur le satellite Galileo, qui a pris des clichés de Jupiter cette année.

Où puisez-vous l'inspiration nécessaire à vos compositions ?

YOOKEY : Nous sommes influencés par la vie de tous les jours.

En France, le public vous a surtout découverts grâce à la chaîne Nolife, où votre musique a particulièrement bien été reçue. Vous avez joué à Paris à guichets fermés. Étiez-vous excités de pouvoir jouer en France ?

YOOKEY : Quel que soit le lieu, donc pour la France naturellement, nous essayons toujours de donner le meilleur de nous-mêmes pour le public et pour les fans qui nous suivent.

Durant cette tournée, vous avez joué à Japan Expo Centre et vous prévoyez également de passer dans une autre convention en Belgique. Vous êtes-vous déjà produits dans ce genre d'événements au Japon ? Sinon, qu’en pensez-vous ?

YOOKEY : Nous avons trouvé cela vraiment bien. Nous avions déjà eu l'occasion de jouer lors de festivals au Japon, mais dans un genre différent, plus classique, où plusieurs artistes défilent à la suite sur une journée ; mais jamais dans le cadre d’une convention qui présente une culture avec une partie dédiée à la musique japonaise.

Quels projets avez-vous pour l’avenir ?

YOOKEY : Après Marseille, nous jouons donc en Belgique puis nous retournons au Japon continuer notre tournée qui s’achèvera le 17 décembre. Nous prévoyons ensuite une nouvelle tournée au Japon à partir de l’année prochaine.

Avez-vous un message pour nos lecteurs ?

YOOKEY : J’aime la France. (En français)
Chiori : I’ll be back.
tobita : J’aime les Candy up. (Note du traducteur : au chocolat)
Kenji : J’aime la France.


JaME tient à remercier Soundlicious, UPLIFT SPICE et son management, ainsi que Stéphane pour la traduction.
items liés
artistes liés
concerts et événements liés
UPLIFT SPICE 03/11

UPLIFT SPICE
Marseille - France
Le Poste à Galène
commentaires
blog comments powered by Disqus
publicités