Chronique de Jade, le dernier single d'X JAPAN

chronique - 11.10.2011 07:00

Le 28 juin, la formation mythique revient en force avec un nouveau single très attendu.

Après son retentissant retour avec le single I.V et ses trois concerts de reformation de mars 2008 qui secouèrent le monde de la J-music, l’activité du légendaire groupe X JAPAN semblait avoir diminué. Les fans attendaient un nouvel album ainsi qu’une première tournée occidentale, deux souhaits qui tardaient à se réaliser.

L’année 2011 fut donc la bonne à bien des égards avec l’annonce de la suite du World Tour et la promesse d'un prochain album.

C’est dans ce contexte que s’inscrit la sortie de Jade, disponible le 28 juin 2011 - également jour du lancement de la tournée européenne - sur iTunes pour l’Amérique et l’Europe, et le 13 juillet 2011 pour le Japon et l’Asie du Sud-Est.

Alors, que dire de ce titre présenté par le groupe comme celui de son lancement à l’international ?
Tout d’abord, force est de constater une certaine américanisation du son de la formation. Cet aspect peut s’expliquer par le fait que Yoshiki vit à Los Angeles depuis des années et côtoie de nombreux musiciens et producteurs américains (lui-même étant producteur et propriétaire d’un studio d’enregistrement dans cette ville). Mais la raison la plus évidente est qu'X JAPAN a pour le moment un but avoué : la conquête du monde. Pour cela il est prêt à faire quelques concessions, du moins sur la forme.

À l’exception du pont en japonais, le morceau est chanté en anglais, à l’instar d’I.V. Les paroles sont typiques du lyrisme de Yoshiki, poétiques, sombres et torturées, tout en sonnant remarquablement bien.
Le son lui est moderne, travaillé, dans la lignée des productions américaines actuelles. Le fameux perfectionnisme du leader fait encore une fois des merveilles : le mixage est parfait - on entend même la basse ! - et les arrangements sont minutieusement travaillés.

Des climats extrêmement différents émanent de cette chanson. Le morceau commence avec une introduction instrumentale heavy dominée par les guitares saturées de Pata et Sugizo et la batterie toujours aussi rapide de Yoshiki. La manière dont Sugizo s’est intégré musicalement au son du groupe est exceptionnelle : le guitariste y apporte sa touche personnelle, en particulier lors de son solo, rapide et technique, sans le dénaturer. La composition alterne entre couplets calmes, durant lesquels se mettent en place de superbes arrangements symphoniques, et refrains d’une grande puissance mélodique où le morceau explose d’intensité. À noter également un très beau pont avant le refrain final, où la voix de ToshI est accompagnée d’arpèges de guitare acoustique, moment de calme entre les murs de guitares électriques.

Le groupe nous propose donc un morceau d’une grande qualité, mais qui s’éloigne définitivement du style de ses débuts, ce qui peut décevoir les fans des années Blue Blood et Jealousy. En effet, après la transition amorcée avec l’album Dahlia, X JAPAN a définitivement adopté un style plus rock et plus commercial qu’auparavant. Certains s’en plaignent, il n’en demeure pas moins vrai que si le groupe évolue, la qualité reste au rendez-vous.

Le seul regret concerne l'absence de face B qui aurait pu être comblée par l'ajout d'un ou deux titres live, les enregistrements professionnels des prestations post-reformation du groupe étant légion.

Notons pour finir le soin apporté à la pochette, réalisée par Yoshiki, photographe à ses heures perdues.
items liés
artistes liés
commentaires
blog comments powered by Disqus
publicités