Didier vs Jucar ou la première de NEGA en France

live report - 28.10.2011 07:00

Double retour sur le passage de NEGA en France, à l'occasion de sa première tournée européenne.

A travers cet article, vous pourrez voir que même à l'intérieur de JaME, les avis divergent. Comme le dit le proverbe "le sage change d'avis, et le sot s'entête".


Jucar ou "un avis plus que mitigé"

Mon premier aperçu de NEGA ? Je vois un cruel manque d'originalité au plan visuel : KAMIJO, on t'a reconnu ! Le batteur, qui rappelle un peu - désolée pour lui - kanon, et le guitariste aux porte-jarretelles (laissez ça aux femmes) ne font pas mieux. C'est pourquoi Ray attire particulièrement mon attention, plus sobre mais d'autant plus séduisant.
D'un point de vue purement musical, c'est également du réchauffé. Il est dommage qu'en parallèle des clips du groupe, sa performance ne soit pas aussi relevée. L'aspect sexuel mis en scène est léger à côté (ne parlons pas de la violence). On a ici un chanteur dont les growls sont dans l'ensemble assez timides par rapport à ses capacités entrevues lors de passages pourtant encourageants.

Peut-être la jeunesse du public explique-t-elle ce regain de pureté. Non pas qu'il faille du sexe et de la violence à tout prix, mais si des fans viennent, c'est aussi pour un certain concept. Jin tourne en rond sur les planches, égaré !? Mais il ne reste jamais seul grâce à des fidèles qui guettent l'instant de pouvoir s'accrocher à n'importe quelle partie de lui (ou des autres membres).
SAN, de son côté, se contente d'un faux bris de guitare en fin de concert. L'instrument faisant l'objet d'une lotterie pour le public, on le pardonne... Ainsi, la forme n'aide pas le fond malgré une technique au niveau : c'est du déjà-vu. Pour en revenir au concours, le quatuor a également - faute de les signer sur place - mis en vente des objets dédicacés sur son stand de goodies.

Ainsi, on ne peut reprocher à NEGA un manque de générosité. A noter le contact direct de la fosse avec la scène ! Le jeu des premiers mots en français marche toujours autant et les bains de foule ont rarement été si sympathiques à voir : le contact est réel. A tel point qu'après le concert, chacun a pu serrer la main des membres de la formation, ce qui souligne le peu de monde dans la salle.
En définitive, même en se moquant d'une fan attitude parfois désolante, force est d'admettre que l'ambiance est bon enfant. Ce sera peut-être le point d'ancrage des shows à venir de ce groupe, qui, espérons-le, peut faire/fera mieux que cette prestation au Divan du Monde. Ravivez la flamme qui peine à subsister, ramenez un vent frais dans nos contrées

Didier ou "comment passer une soirée sympa"

Il est vrai qu'avant de nous rendre au concert de NEGA, l'écoute préalable des différents albums ne nous avait pas particulièrement enchantés. Manque d'originalité, compositions médiocres, notre premier avis était loin d'être positif malgré un caractère très affirmé dans les clips. Nous nous sommes donc dirigés vers la salle avec l'idée de voir une énième fois un groupe de visual kei à la qualité moyenne et au look vu et revu.

Force est de constater qu'il y avait un peu de vrai dans ce premier ressenti. NEGA n'est ni un excellent ni un mauvais groupe et les fans du genre y ont très certainement trouvé leur compte. Les autres, déjà las depuis un bon moment, auront déjà passé leur tour.

Cependant, bonne surprise, la musique du quatuor est bien plus agréable en live. Très proche du public, Jin, le chanteur, transmet une énergie folle aux spectateurs. Car le gros point fort de cette soirée est sans aucun doute l'ambiance survoltée sur scène comme dans la fosse. Si l'on passe les quelques habituels abus des groupies, tout est réuni pour passer une bonne soirée : un son pas trop mauvais, un public plutôt sympa qui va même jusqu'à nourrir le groupe (pour le coup on se serait presque crus dans un zoo), et un Jin qui malgré quelques tentatives ratées s'acharne tout de même à essayer de slamer dans le public. Ce dernier est d'ailleurs LA personne de la soirée, car en plus de sa bonne communication, sa performance musicale n'est pas en reste, et son chant tantôt clair tantôt lourd n'est pas des plus déplaisants.

Néanmoins, le manque d'originalité et la faible prise de risque de NEGA font qu'un certain ennui et une légère redondance viennent s'installer au fil de la soirée. Tant et si bien qu'en dépit d'un concert plutôt court, nous n'en demandons pas plus. Le bilan sera certes bien moins pire que ce à quoi nous pouvions nous attendre mais restera tout de même mitigé. Nous n'avons pas vu de grand visual kei ce soir, c'est certain, mais, au moins, le spectacle fut divertissant.


Setlist :

NEO DESTRUCTION
idle
muddy cult
FABLE IN THE COLD BED
MINDLESS
Haunted Jealousy
Baku -Kono akumu kurai tamae-
reminiscence
Nameless alice
HATE HATE HATE
Ogress
DIS.
Rappel
HEART
17SAI NO KODOKU
KABE
artistes liés
commentaires
blog comments powered by Disqus
galerie photos
publicités