Interview avec Tsubasa

interview - 29.09.2011 07:00

Petit entretien avec la chanteuse, auteure et compositrice Tsubasa après son concert au Café de la Plage à Paris.

C'est après le concert, qui se tenait le 5 juillet dernier au sous-sol d'un petit café parisien, que JaME s'est entretenu avec Tsubasa, une artiste indépendante originaire de Kanazawa. Alors qu'en fond un autre musicien a pris la scène d'assaut pour entonner un morceau acoustique à la guitare devant quelques personnes, Tsubasa répond à nos questions avec joie et simplicité.


Bonjour. Pouvez-vous vous présenter à nos lecteurs qui ne vous connaissent pas encore ?

Tsubasa : Je viens de Kanazawa. Je suis une chanteuse et compositrice japonaise. J'aime jouer de la guitare et chanter.

Quand avez-vous commencé à chanter et jouer de la musique et qu'est-ce qui vous a motivée à en faire votre métier ?

Tsubasa : Depuis que je suis petite, j'aime bien écouter de la musique, dessiner et j'ai décidé d'en faire mon métier. A partir de ma quatrième année de primaire, j'ai eu envie de composer mes propres chansons et de les chanter. A l'âge de vingt ans, j'ai alors formé un groupe qui jouait des musiques folks. Il y a trois ans, j'ai rencontré Robert Regonati qui m'a aidée à créer un CD. Je suis ensuite partie sur les routes, j'ai joué un peu partout et rencontré des managers de labels importants.

Justement, comment s'est passée votre rencontre avec Robert Regonati ?

Tsubasa : Nous avons tous les deux joué dans la même salle et nous nous sommes rencontrés à ce moment-là.

Vous venez de Kanazawa, n'est-ce pas plus difficile de percer artistiquement que si vous étiez à Tokyo ?

Tsubasa : Grâce à Internet, je peux rencontrer et avoir l'avis de beaucoup de gens, du coup je peux facilement partager mes chansons.

Est-ce que cette ville fait partie de vos inspirations ?

Tsubasa : Kanazawa est un peu reculée, c'est la campagne, mais grâce à cela je peux m'en inspirer et trouver des idées pour composer ma musique.

Quelles sont vos autres sources d'inspiration ?

Tsubasa : Je m'inspire en regardant plein de choses différentes, en écoutant de la musique, mais surtout en faisant des rencontres.

Comment composez-vous vos chansons ?

Tsubasa : En fait, j'imagine d'abord dans ma tête les mélodies à partir de sentiments que j'essaye ensuite de remettre en place, puis je crée ma musique en la jouant.

Vous chantez principalement en japonais, est-ce que la barrière de la langue est une chose difficile pour la communication avec votre public ?

Tsubasa : J'ai été au Brésil et en Corée et je ne comprenais pas ce que le public disait, mais malgré cela, en chantant, grâce à mon expression, j'ai réussi à transmettre mes émotions et le public avait l'air d'apprécier et de ressentir ce que je voulais transmettre.

Nous avons lu que vous faisiez une émission radio sur Internet. N'est-ce pas différent de votre travail artistique ?

Tsubasa : J'ai commencé il y a quatre mois cette émission hebdomadaire. Et malgré le fait que je parle en japonais, il y a des Brésilens qui m'écoutent et qui m'envoient des messages, et même si c'est quelque chose de différent, j'apprécie de le faire.

C'est la deuxième fois que vous venez en Europe. Comment cela s'était passé la première fois et qu'attendez-vous de ce retour ?

Tsubasa : Il y a quatre ans, j'étais surtout venue pour le tourisme. J'ai visité le Louvre, la Tour Eiffel, etc. Cette fois-ci, ce qui diffère c'est que je suis venue pour faire un concert. J'étais un peu tendue mais j'ai pu découvrir les réactions du public. Je suis vraiment contente d'avoir pu partager cela avec les gens.

Il y a peu avait lieu Japan Expo à Paris. Vous avez vous aussi participé à une convention de ce genre au Brésil. Les concerts en convention sont assez différents des concerts classiques. Comment était cette expérience pour vous ?

Tsubasa : Dans les conventions, ce qu'il y a de particulier c'est que les gens sont là pour différentes choses, pas particulièrement pour la musique. Ils ne me connaissent peut-être même pas, mais du coup, le fait de pouvoir me produire là-bas est une expérience encore plus fabuleuse.

L'accueil était-il très différent de celui de vos concerts habituels ?

Tsubasa : Hum... En fait, dans les live houses l'ambiance est plus relaxée, je communique de manière plus calme avec le public et dans les conventions, c'est à peu près la même chose, sauf qu'à mes côtés j'ai un groupe complet. Mais les gens réagissent de la même façon.

Vous avez sorti votre premier album, Ame no yoru ni, en 2009. Pouvez-vous nous en parler un peu ? Comment s'est passé son enregistrement ?

Tsubasa : Avant de produire Ame no yoru ni, j'avais déjà commencé à faire un CD en rapport avec ma propre expérience, mais la qualité de l'enregistrement était très inégale. Puis, alors que je travaillais sur Ame no yoru ni, j'ai rencontré Robert qui s'est occupé de l'arrangement des chansons et je suis arrivée à quelque chose de plus abouti. Cet album a été composé par rapport à différentes influences, du coup il y a aussi bien des Japonais, des Américains que des Brésiliens qui l'écoutent. Grâce à cela j'ai pu partir en tournée au Brésil. C'est un très bon album composé et arrangé à travers différentes expériences. Il a également pu être diffusé sur diverses radios, chaînes de télévision, etc...

Vous avez également sorti par la suite un DVD live de votre concert au Bunka Hall. Quelle expérience était-ce de revoir vos propres performances pour en faire un DVD ?

Tsubasa : Le DVD a été fait il y a un an. Celui-ci a été créé en puisant l'énergie des gens et par conséquent fut quelque chose de très difficile à réaliser. En regardant l'enregistrement, il y a des moments où en voyant l'émotion transmise, je me suis dit « ce moment est mieux que celui-là ». J'ai ainsi reconstruit le contenu et j'ai pu parvenir à le boucler en gardant une bonne impression.

Avez-vous d'autres projets de sorties ou tournées prévus ?

Tsubasa : Cette année, je prévois de sortir deux albums de reprises d'animes principalement. L'an prochain il y a une tournée japonaise d'organisée puis une tournée en Europe plus tard en été.

Quels buts ou rêves souhaitez-vous atteindre à l'avenir ?

Tsubasa : Avant tout, je souhaite continuer de jouer, essayer d'avoir une longue carrière, et tant que les gens ressentent mon émotion, je suis contente. Cela me suffit de persévérer dans cette voie-là.

Avez-vous un message pour nos lecteurs ?

Tsubasa : Chers Français, merci d'être venus, je suis très contente d'avoir fait ce concert dans ce si beau pays et j'espère vous revoir à la prochaine occasion.

Merci beaucoup pour cette interview.

Tsubasa : Merci beaucoup.


JaME tient à remercier Tsubasa, Kochipan et Social Alienation d'avoir rendu possible cette interview, ainsi que Robert Regonati et Angela Azzarone pour la traduction.
artistes liés
commentaires
blog comments powered by Disqus
galerie photos
publicités