Le final du PARADISE TOUR de Creature Creature

live report - 18.08.2011 07:00

Creature Creature clôture sa tournée avec un final enflammé au Shibuya O-East.

Une foule hétérogène s'est rassemblée devant le Shibuya O-East en ce 12 juin pour assister au final de la tournée PARADISE TOUR de Creature Creature. Ce concert était originellement prévu pour le 11 mars, mais les catastrophes en chaîne ont poussé le groupe à le décaler au mois de juin.

Des fans de tous âges, parmi lesquels un nombre considérable d'hommes, attendent patiemment le début du live sous des lumières sombres. La scène est simplement décorée avec un rideau pourpre couvrant le mur du fond. Le reste est noir, reflétant les spectateurs qui semblent avoir une certaine préférence pour cette couleur.

Une ovation résonne lorsque les cinq membres font leur apparition. Les lumières virent alors au violet, et sans perdre une minute de plus, le groupe commence avec le morceau Dream Caller. La présence scénique remarquable de MORRIE se ressent dès le début, le chanteur donnant sa touche personnelle à chaque chanson en bougeant solennellement ses bras sur le rythme.

Des cercles de lumières éclairent le mur du fond lors d'Amor Fati. Les membres se déplacent librement sur la scène, excitant le public, notamment lors des solos de Hiro et Shinobu, les deux guitaristes headbangant avec sincérité sur l'air. Le chanteur joue toujours aussi intensément, et quand il étend ses bras, les spectateurs répondent immédiatement en levant leurs poings.

L'ardeur ne faiblit pas lors des titres suivants. Même si le jeu de lumières aide à construire l'atmosphère, ce sont bien les musiciens qui s'occupent de tout. Les instruments s'emportent lors de Black Hole, accompagnés par le public secouant sa tête avec passion.

La contribution de Hitoki pour Hoshitsuki est grandement appréciée, le bassiste tournoyant avec énergie sans pour autant négliger sa performance. Le chanteur semble quant à lui possédé par le morceau, prenant des pauses dramatiques et laissant un growl démoniaque franchir ses lèvres à la fin.

La foule bouge sur le rythme de Zone, les mains en l'air pour saluer les solos des guitaristes et du bassiste. Les guitares démarrent à toute allure, puis ralentissent pour Shinkuu, chanson qui commence lentement sous de fortes lumières blanches. Le morceau s'intensifie, la chaleur devenant palpable lorsque MORRIE dévoile son torse, approuvé par de puissants cris, et atteint son paroxysme quand ce dernier lance son micro dans les airs et quitte ensuite la scène.

Seuls le batteur et le bassiste sont présents pour attaquer Cluster. Le duo est incroyable, les mains de Sakura volant au-dessus de son instrument, et le public n'ose pas respirer de peur de les déranger. Les deux guitares psychédéliques se joignent à eux, la performance enflammant littéralement la scène, un voile de fumée se répandant pour cette intense composition instrumentale.

MORRIE revient alors et le groupe profite des deux morceaux suivants pour bouger et tournoyer, le chanteur posant pour accentuer chaque mot qu'il chante. Cependant, même si la performance musicale est parfaite, on ne peut que déplorer le manque d'interaction directe avec le public, rendant le show quelque peu monotone, ce dernier arrivant ainsi à sa moitié sans aucune surprise.

Des lumières rouges accueillent Red, ajoutant ainsi de la chaleur à l'atmosphère, alors que le chanteur, en total contraste, reste froid, affichant une expression stoïque, lançant son micro d'une main à l'autre sans effort. La batterie tonitruante de Swan est saluée par des poings levés et des têtes secouées. Light suit, avec quelques jeux de lumières intéressants, teintant la scène de tons rouge et violet. MORRIE taquine les fans, les encourageant à crier plus fort, et ces derniers ne se font pas prier pour s'exécuter.

La soirée touche à sa fin quand un seul projecteur blanc éclaire le chanteur par derrière. De la fumée recouvre la scène et les premiers rangs alors que retentit Spring Machine. Une boule à facettes tourne lentement, des centaines de petits points commençant à danser sur le rythme lent de la chanson. Comme s'il se trouvait sur un nuage, les cris de MORRIE transpercent le ciel.

Alors que les cinq musiciens s'inclinent et quittent la scène, les cris pour le rappel retentissent rapidement. Comme s'il prévoyait ce qui allait se passer, MORRIE revient sans tee-shirt, avec juste une chemise ouverte, qui, pour le plus grand plaisir des fans féminins, ne résistera pas bien longtemps à la chaleur.

La foule donne tout ce qu'elle a, les fans les plus zélés exécutant la chorégraphie et dansant sur le rythme des deux morceaux de ce rappel. Il est impressionnant de voir cette foule hétérogène bouger d'un même mouvement, toutes différences d'âge et de genre étant oubliées pendant quelques heures, tous n'étant plus que des créatures de la nuit.

Le second rounds de cris est aussi enthousiaste que le premier et le groupe revient rapidement sur scène. MORRIE ravi ses fans en lançant des roses et en lui adressant la parole. Il évoque la catastrophe du 11 mars et le fait que le concert ait dû être décalé, remerciant ainsi les spectateurs de leur soutien et leur patience. « Il n'y aura pas deux aujourd'hui » dit-il, lançant le morceau Vanishing.

Une autre ballade suit, accompagnée de guitares passionnées et d'une ligne de basse régulière. Le public se laisse porter par le rythme avec des mouvements doux, tandis que le chanteur met tout son cœur dans chaque mot qu'il prononce.

Alors que MORRIE annonce la dernière chanson, une vague de protestation parcourt la salle. Quelle meilleure façon de finir cette nuit spéciale que par Sen no yamiyo ni. Les guitares s'affrontent remarquablement alors que les deux hommes s'avancent vers le centre de la scène, salués par le public. Le groupe prend son temps pour interagir avec les spectateurs, chantant le refrain tous ensemble. Après avoir introduit les musiciens un par un, MORRIE remercie les fans une dernière fois, et une ovation accompagne le groupe alors qu'il quitte la scène.

Le public continue à acclamer et à appeler les membres par leur nom, jusqu'à ce que l'écran s'allume et annonce les prochains concerts du groupe à Nagoya, Osaka, Tokyo et Sendai. Des cris d'excitation remplissent alors la salle, les fans partageant leurs impressions sur le concert, qui, filmé, devrait sortir le 10 septembre prochain en DVD.


Set list :

01. Dream Caller
02. Amor Fati
03. Maboroshi
04. Black Hole
05. Hoshitsuki
06. Zone
07. Shinkuu
08. Cluster
09. Improvisation
10. Hien
11. Tenshu-Ranman
12. Psyche
13. Gone By Rain
14. Red
15. Swan
16. Lights
17. Haru no kikai

Rappel 1
18. Cosmos Blackness
19. Paradise

Rappel 2
20. Vanishing
21. Kokuu ningyou Es
22. Sen no yamiyo ni
artistes liés
commentaires
blog comments powered by Disqus
galerie photos
publicités