The Cro-Magnons - Oi! Um bobo

chronique - 09.12.2010 06:00

Un voyage dans le passé qui fait bobo

The Cro-Magnons est une formation punk/rock constituée principalement d'Hiroto Kômoto et de Masatoshi Mishima. Tous deux sont d'anciens membres de THE BLUE HEARTS et ↑THE HIGH-LOWS↓, groupes de punk phares nippons. Il n'a donc pas fallu longtemps au quatuor pour être reconnu dans le milieu suite à ses débuts d'activités en 2006.

Après avoir produit un single fin octobre, Otobai to kawa jumper to curry, le groupe est de retour le 10 novembre pour la sortie de son cinquième album original, Oi!Um bobo. La version limitée au packaging plus soigné, est éditée en format haute-qualité blu-spec et offre, en plus, un DVD présentant des versions live de la chanson-titre du single précédent, de Sokonashi blue et de Bonjour Romain man.

L'album commence sur les chapeaux de roues avec Otobai to kawa jumper to curry. La voix particulière assez grave et éraillée d'Hiroto Kômoto, figure emblématique du punk japonais, contraste avec les jeux de guitare, basse et batterie et est accentuée par les « oi! » en chœur des autres membres. Une fois de plus, le groupe n'invente rien et compose le même genre de morceaux caractéristiques depuis les débuts de THE BLUE HEARTS. La basse est toujours un peu en retrait alors que la batterie donne un rythme à la fois très entraînant et très calme. En effet, le batteur ne tape pas comme un damné mais il parvient à nous faire ressentir toute son énergie. Les accords de guitare sont également très simples et sonnent très clean, ce qui fait que le côté un peu fou et sale est principalement transmis par le chanteur. Quelques fois, d'autres instruments s'ajoutent pour égayer d'avantage le tout. Par exemple, un harmonica dans Denshobato, une guitare sèche dans Tamagawa beer, ou encore, très fréquemment, du tambourin comme dans la précédente ainsi que sur Cadillac ou bien Hirakkippanashi. Les musiques sont donc à la fois très simplistes et très passe-partout. Elles sont spécifiques au punk plutôt gentillet typique produit par Hiroto Kômoto dans ses différentes formations.

D'ailleurs, Oi!Um Bobo n'aurait pas le même impact sans lui. En effet, il transmet parfaitement une ambiance farfelue et détraquée de part sa façon de chanter nous donnant l'impression qu'il est déséquilibré, mais surtout grâce à ses paroles toutes plus idiotes les unes que les autres. Elles s'accordent en effet à merveille avec le nom du groupe et accessoirement à son thème fétiche, les hommes des cavernes. Au fil de l'écoute, on l'imagine sans peine sauter et bouger de tous les côtés comme s'il avait mille tocs différents. On est ainsi pris d'envie de le rejoindre en fosse et de se lâcher en essayant de faire la même chose que lui, chose très difficilement réalisable vu l'expérience du monsieur. N'est pas complètement cinglé qui veut.

Nous avons donc ici un album qui n'est pas révolutionnaire, mais qui, au contraire, confirme une fois de plus que le groupe n'est pas prêt de se calmer et d'arrêter ses délires personnels. The Cro-Magnons parvient à nous faire voyager dans le temps à des milliers d'années dans le passé avec Oi!Um bobo. A la fin de l'écoute, nos batteries sont chargées à bloc et on est incapables de se servir de son cerveau durant quelques heures tant on a été sonnés par cette chute brutale. Les excellentes compositions délurées de la formation restent alors en tête, en guise de séquelles. Il ne reste plus qu'à regarder le rendu en concert afin d'apprécier non seulement le son, mais également la prestation scénique absolument détraquée d'Hiroto Kômoto.

★★★★☆
items liés
artistes liés
commentaires
blog comments powered by Disqus
publicités