Porno Graffitti - Kimi wa 100%

chronique - 18.11.2010 06:00

Un single très rassurant

Après avoir fêté ses dix ans de carrière major en 2009 et produit un album, ∠TRIGGER , ayant laissé un avis mitigé aux fans quant à l’évolution de la formation, Porno Graffitti, groupe pop-rock japonais, revient à l’occasion de la sortie d’un nouveau single.

Contrairement à sa course folle en 2009, on peut dire que le duo aura cette fois pris son temps avant de nous servir sa nouvelle galette, Kimi wa 100%, composée de trois titres et parue le 27 octobre. Pas moins de neuf mois se sont écoulés depuis la mise en vente de leur précédent album, sans qu’aucun autre single n’ait été produit.

La chanson-titre, Kimi wa 100%, nous met tout de suite le baume au cœur et nous rassure quant à l’intérêt des futures compositions du groupe. En effet, dès les premières notes, les caractéristiques qui ont fait le succès de Porno Graffiti, nous montrant sa force et sa recette magique, sont bien là. Une petite intro au rythme appuyé et une guitare très claire nous donnant l’impression d’être des vainqueurs résonne avant que les accords très simples mais ô combien efficaces d’Haruichi Shindo, le guitariste, ne prennent le relai. Vient alors s’ajouter très rapidement le chant éraillé et assez aigu d’Akihito Okano. Le tout bien sûr agrémenté de parties de basse et de batterie assez plaisantes et passages au piano saupoudrés aux moments opportuns. Les paroles très positives sont parfaitement transmises par le chanteur qui parvient à nous envoûter et nous emmener dans un monde haut-en-couleurs en un rien de temps, notamment lors du très agréable refrain. D’un autre côté, le guitariste captive avec un habituel solo simple, mais tellement efficace pour ce genre de musique pop-rock.

S’en suit alors Kemuri, qui fait rupture avec ses riffs plus violents et son ambiance plus noire. La voix ténébreuse d’Akihito lors des couplets contraste avec le refrain semblant diffuser un peu de lumière. La partie instrumentale est encore une fois assez sympathique. En effet, le son de guitare distortionnée mis en parallèle avec un fond électro vaut son pesant d’or. De plus, après le solo de guitare à l'effet très "freestyle" et assez "cool", la coupure volontaire du chant clair pour une transformation en voix électronisée vers la fin de la chanson, donne un petit plus qui fait que le morceau a vraiment un très bon rendu.

La dernière piste, par contre, ne sera pas aussi monumentale. Il s’agit d’une reprise GET IT ON, musique composée par le célèbre groupe anglais T-REX en 1971. Il n’y a rien de spécial à dire quant à la partie instrumentale où même piano et cuivres sont présents mais la voix étouffée d’Akihito n’est pas du meilleur effet, car elle ne colle pas vraiment au personnage. Son accent anglais n'est pas des plus formidables. Quoiqu’il en soit tout cela reste écoutable et le duo a certainement voulu avant tout se faire plaisir sur un vieux classique. A noter que cette reprise a par ailleurs servi de générique à la publicité de Pepsi NEX dans laquelle les deux compères ont joué par la même occasion.

Au final, on ne peut pas nier que cette période assez calme aura été bénéfique au groupe. Porno Graffitti nous revient avec un single coloré et très frais prouvant une nouvelle fois à quel point il est efficace sur ce terrain. A la fin de l’écoute, on a la pêche pour toute la journée et l’on se sent complètement revitalisé et motivé. On peut donc dire que le message est passé à 100% contrairement à la mauvaise surprise et déception qu’avait été ∠TRIGGER à sa sortie. Le duo nous prouve qu’il porte très bien son nom. Porno Graffitti c’est un peu comme le sexe, on ne veut pas rester frustré d’une mauvaise expérience et l’on veut toujours avoir mieux. D’un autre côté, une fois satisfait, on ne peut qu’en demander toujours plus ! Fort heureusement, nous n’aurons pas besoin d’être frustrés en attendant un nouveau CD cette fois-ci.

★★★★★ Un des meilleurs singles de l’année, à écouter encore et encore.
items liés
artistes liés
commentaires
blog comments powered by Disqus
publicités