雅-MIYAVI - TORTURE

chronique - 04.11.2010 06:00

À point nommé ?

L'actualité de MIYAVI était assez calme depuis deux ans. Depuis son mariage et la naissance de son premier enfant, et en attendant le second, l'hyperactif touche-à-tout s'est apparemment assagi. Mis à part son disque de remix, son dernier véritable album, THIS IZ JAPANESE KABUKI ROCK, remonte tout de même à plus de deux ans, soit une éternité dans l'industrie musicale japonaise. Après un deux titres moyen, sorti en mars dernier sous le nom de SURVIVE, voici MIYAVI qui revient avec un nouveau single, nommé TORTURE. Alors, cette nouvelle chanson rattrape-t-elle le coup de la semi déception précédente ?

Et bien, disons le tout net, la réponse est non, et même cent fois non ! L'artiste nous sert ici ce qui s'avère être l'une de ses pires chansons, voire la pire depuis le début de sa carrière solo. Que MIYAVI ait compris que son public appréciait son rock funky est un fait, celui de faire une parodie de ce style en est une autre. Ici, le chanteur n'est qu'une caricature de lui-même. Le sieur serait-il en panne d'inspiration pour nous ressortir une falsification de ses deux derniers albums, qui seraient pour le coup mâchouillés et régurgités, de telle sorte qu'il n'en reste qu'une sombre composition que n'importe lequel de ses fans pourrait faire ? Riffs simplement banals, ne rentrant même pas dans le crâne, chant à la ramasse, on croirait entendre des démos ou des rushs restés dans les poubelles à la suite de son dernier album. Mais où est donc passée l'inspiration qui avait fait de THIS IZ JAPANESE KABUKI ROCK, avec la présence des excellents KAVKI BOYZ, le meilleur album de MIYAVI ?

Et si seulement les faces B sauvaient le disque… Dans l'édition normale on retrouve S.M.F.B, pour SUPER MOTHER FUCKER BITCH, sorte de brouhaha dont la poésie monumentale du refrain laisserait à penser que la naissance de son enfant a renvoyé le chanteur / guitariste / percussionniste / harmoniciste / que-sais-je-encore-iste au stade prénatal du gamin malpoli qui insulterait parce qu'on lui a piqué sa tétine durant la sieste. REVENGE est, quant à elle, un poil meilleure, mais le refrain est totalement gâché par les lacunes vocales de MIYAVI. Et encore une fois, quand les riffs ne sortent pas du lot, il ne reste donc pas grand-chose à sauver…

Le CD bonus de l'édition limitée mérite par contre à lui seul l'achat de ce single, pour n'écouter que celui-ci. Composé de dix chansons lives, celui-ci montre à quel point la musique et les compositions de MIYAVI sont faites pour le live. Mais là encore, ce ne devrait pas être pour un bonus que l'on devrait acheter un disque mais pour celui-ci même.

La coolitude du MYV est devenue un gros doigt pointé de façon totalement scandaleuse à ses fans et son public. Avant, le chant de l'artiste était sauvé par le côté funky et recherché des compositions... Alors quand celui-ci fout le camp, que reste-t-il ? Ce n'est plus de la décontraction que nous sert MIYAVI mais du je m'en foutisme le plus total, comme si celui-ci savait pertinemment que, dans tous les cas, un public répondra présent à la pire de ses œuvres. En l'occurrence, déception est un euphémisme à l'écoute de cette torture et il est à espérer que le chanteur se ressaisisse pour le futur, car celui-ci est capable de bien mieux.

☆☆☆☆☆ : Un beau frisbee pour la plage!
items liés
artistes liés
commentaires
blog comments powered by Disqus
publicités