Noise A Go Go's - Rock 'n' Noise Grind 'n' Roll

chronique - 07.10.2010 07:00

Get Crazy! Get Crazy!

Bon, on va arrêter cinq minutes de faire dans la tapette à froufrous et on va s'attaquer à un disque un peu plus couillu et bourru. Pour les amateurs, Noise A Go Go's est le nouveau nom de Gore Beyond Necropsy, qui alliait avec finesse grind et noise, le groupe a tout simplement voulu changer de "direction" en 2007. Bon. Avec cette nouvelle formation, on s'attaque à autre chose. Ah. Ça vous titille n'est-ce pas ? Fini le grind/noise et les énièmes collaborations avec l'oncle Merzbow, place au rock'n'roll, mais pas trop. Noise A Go Go's innove et continue dans la même lancée que Wild & Frantic! Rock 'N' Roll Special!!! sorti en 2003, sous le patronyme Gore Beyond Necropsy. Vous suivez ? Bon. Le groupe innove, donc, en suivant ce qu'il avait déjà fait, à savoir des compositions (originales cette fois, c'étaient des reprises sur l'autre disque) orientées rock'n'roll et grind (bon, grind dans le sens large, ne vous attendez pas à du Anal Cunt, n'est-il pas) de manière plus approfondie et moins fouillis. L'enregistrement et le mixage ont été étalés sur pratiquement 2 ans. Mais lorsque l'on écoute le résultat, on comprend assez vite pourquoi cette espèce de bijou brut a besoin d'être poli des mois et des mois.

Poli, oui, mais pas trop. On ne fait pas dans la finesse, tout de même. Ils ont beau être gominés et avoir des faces à la Stray Cats (et avant ils portaient des chemises hawaïennes, eh !), c'est ici une déferlante de boulets de canon qui nous défoncent le sternum. Pour se mettre dans le bain, dès !Vamos!, l'introduction, avec un sample d'une des réactions après-séance lors de la première de Pink Flamingos (en 72 par le père Waters) "...this isn't even dirty, it's disgusting" (en fait, il s'agit du trailer du film, bien qu'on n'en voit absolument pas un bout). Ça beugle à tour de bras. Quelques guitares distendues par une multitude de larsens. Des mélodies rock'n'roll, surf et punk sur fond de matraquage de fûts.

On retrouve donc les éléments adorés par Gore Beyond Necropsy (z'hurlements divers, batterie détonante, larsens et guitares folles), mais on y retrouve également de jolies subtilités qui épatantes. Un joli mixage, contrairement à la plupart des disques du groupe, des morceaux plus longs également... Et des invités pour nous faire suer sur les pistes de danse. Sans rire : Kimura de Die You Bastard (y'a bon), Nas et Sinyo de Grudge et enfin Daisuke Hirata et Woo-Young de Realized ! Que du beau. Bon, bien sûr ils ne sont pas là en même temps, sinon ça serait un peu le bordel, chaque groupe invité y va de son chorus sur un morceau (respectivement plages 6, 7 et 13).

Évidemment, tout du long, ça ne fait pas que beugler, il y a quelques prouesses vocales qui valent le détour, des tentatives d'imitations de rockers des fifties. Ça frise le ridicule assez souvent, mais c'est tellement bon qu'on ne peut vraiment s'en priver. Avec des tubes tels que Wild & Crazy ou Burn. Baby Burn!!!, vos soirées dansantes vont assurément avoir un succès fou. Vous vous en doutez, ce disque n'est pas à prendre au premier degré, mais au second, le tout avec un blouson en cuir, une guitare sur le dos et une bonne grosse banane. Le pire, c'est que l'album est terriblement bien foutu, du premier au dernier morceau, et on a vraiment envie de brailler avec Mamoru sur ses "Baby, baby, baby, twist my brain!".

C'est excessif à souhait, le concept est poussé à fond et par le truchement des guitares distordues et gueulantes on secoue sa tête et ses cheveux en cadence. Là où beaucoup de bandes s'embourbent, Noise A Go Go's se distingue, de par l'originalité de ses créations (fortement influencées, je vous l'accorde, et c'est tant mieux), l'alternance du chant japonais et anglais, l'alternance entre les braillements (de différents types en plus, un coup ça growl tout con, un autre ça te fait un hurlement plus aspiré et inspiré), du jeu de basse qui reste tout à fait soft et terrible, des divers noiseries à coups de larsens ou autres disséminées dans le disque (légères) et de beaucoup d'autres détails un peu délirant qui en font un disque à part. Y'a qu'à écouter Stardustville ou Super Fuzz Charged pour s'en rendre compte.

En gros, le groupe livre ici sa première galette, qui n'est pas son premier coup d'essai, non. Gore Beyond Necropsy existait depuis une bonne quinzaine d'années, ce changement entraîne un glissement de style "radical" des plus intelligents. L'esprit de GBN est conservé, les compositions sont plus carrées, moins fouillis, moins bruyantes aussi, mais tellement jouissives ! Que celui qui n'aime pas le rock'n'roll jette au groupe la première pierre. Une galette qui s'adresse donc aux fans de rock'n'roll qui n'ont pas peur du second degré, aux fans de GBN et à tous les autres, ceux du fond qui écoutent des drôleries.

N.B. : La chronique aurait pu être un peu plus poussée et développée, mais il y a tellement de choses à raconter dessus que l'auteur et le lecteur risquent de se perdre dans trop de détails. Nous avons décidé de vous garder le meilleur. À écouter à fond dans les oreilles, sans privation.
items liés
artistes liés
commentaires
blog comments powered by Disqus
publicités