Abe Mao - Pop

chronique - 04.03.2010 11:00

Un album sucré au goût amer

Abe Mao est une chanteuse pop-rock peu connue dans nos contrées, mais qui commence à se faire connaître au Japon depuis peu. En effet, après avoir initié ses activités avec son album Free, sorti au début de l’année dernière et qui s’est très bien placé dans le classement de l’oricon, l’artiste ne cesse de faire parler d’elle. Ses chansons ont été rapidement utilisées comme génériques d’émission de télévision, de publicité et de film comme c’est le cas de nombreux morceaux de son nouvel album.

Sorti le 27 janvier en deux éditions, POP reprendra les trois singles précédents : Tsutaetai koto / I wanna see you, Anata no koibito ni naritai no desu et Itsu no hi mo. Les deux éditions ont le même contenu musical, mais l’édition limitée offre un DVD supplémentaire avec des backstages et une interview de la chanteuse. Prouvant l’engouement grandissant pour cette dernière, cet album s’est placé directement 5ème au classement hebdomadaire de l’Oricon.

Aux premiers abords, on pourrait penser que nous avons affaire à une énième copie d’Avril Lavigne mais il n’en est rien. Bien que la pochette puisse faire penser le contraire avec ces poses un peu rebelles, l’artiste ne fait pas de plagiat. D’ailleurs au final, cet album honore son nom puisqu'il est très pop à la différence de Free qui était beaucoup plus rock et agressif. Ainsi en écoutant certains titres comme Monrô ou 15 no kotoba qui ont une orchestration plus électronique et qui sont chantés avec une voix assez niaise on a l’impression d’avoir affaire à du Otsuka Ai-like. En prenant compte des capacités vocales de l'artiste qui peut vraiment chanter de manière profonde et puissante cela est assez dérangeant. Heureusement, quelques musiques comme Tsutaetai koto et Wakaruno sont tout de même dans ce registre plus rock. Si vous cherchez une perle rare alors vous pouvez passer votre chemin. Cependant, elles apportent un vent de fraîcheur et ne sont pas lassantes. Nous avons affaire à des compositions sans prétention qui sont tout de même agréables à écouter. Ces dernières sont vraiment peu nombreuses, mais c’est avec plaisir que l’on profite de cette voix sombre, puissante et plus adulte.

L’accent a également été mis sur les ballades qui sont assez nombreuses bien que certaines d'entre elles comme Tsugô no yoi onna no uta et Mou hitotsu no MY BABY, uniquement accompagnées par son jeu de guitare sèche, sortent du lot.

Finalement, nous avons affaire à un album assez différent du précédent. Cela aurait pu être prévisible à la vue du nom du CD mais ça reste assez perturbant et décevant. Celui-ci est largement dominé par des musiques très pop chantées avec une voix niaise où d’autres ont déjà reçu la palme d’or, au détriment des capacités vocales que l'artiste était parvenue à démontrer auparavant. Entre tout ça nous avons le droit à des ballades, certes jolies, mais qui ne nous donnent pas la pêche que l’on aurait pu espérer avoir à la fin de notre écoute. C’est un peu frustrant et ce n’est pas Salary man no uta, la dernière chanson qui changera la donne…


★★☆☆☆
items liés
artistes liés
commentaires
blog comments powered by Disqus
publicités