MUCC - COUPLING BEST/COUPLING WORST

chronique - 19.10.2009 11:00

Un mélange de bon et de... bon !

Deux ans après les sorties de BEST OF MUCC et WORST OF MUCC, regroupant les faces A de la quasi-totalité de ses singles, MUCC remet le couvert avec les sorties de COUPLING BEST et COUPLING WORST, respectivement le 12 et le 19 août. Ces compilations rassemblent cette fois-ci les faces B ornant les singles sortis depuis les débuts du groupe. Coup commercial ou réelle volonté d’offrir à ses fans de bons souvenirs, les deux opus auront, en tout cas pour les connaisseurs, l’intérêt de présenter ou re-présenter des œuvres du quatuor que l’on n’a pas assez écouté. Un vrai bonheur.

Les deux CD ne se présentent pas de la même façon au niveau du packaging.
Le « Worst » se compose d’une boîte un peu plus épaisse que la normale, avec à l’intérieur une série de cartes pour chaque chanson, avec sur le recto une image du single correspondant, et au verso les paroles, et des informations relatives à la chanson. On en retrouve ainsi quinze, pour chacune des chansons, ce qui donne un effet original et nous change des habituels livrets. La jaquette quant à elle semble en rapport avec celle de WORST OF MUCC.
Le « Best » est présenté dans un emballage plus classique. La jaquette représente une moitié de CD insérée dans un lecteur dont on voit le laser de lecture sur l’autre moitié, comme pour symboliser que les B-sides composent la moitié d’un single. Le livret, très simple, comporte pour chacune des pages les paroles, et reprend le concept de la jaquette en présentant l’image de chaque CD sur une seule moitié.

Même si l’on peut avoir tendance à penser que, tout comme les deux CD sortis précédemment, le « Best » rassemblerait les chansons apparues durant leur période major, alors que le « Worst » serait celui regroupant les chansons de leur période indie, il semble y avoir quelques incertitudes, notamment avec Kataribe no Uta, qui ouvre le bal des quinze pistes du COUPLING WORST.
L’ordre des chansons lui aussi semble plus ou moins aléatoire, avec certaines d'entre elles plutôt agressives (Nukegara et Mushi) à la suite, ou encore des calmes avec l’enchaînement des titres Kokoro iro et Kikanetsu… Enfin, rien de très choquant non plus. De toute manière, à la différence d’un album, qui aurait tendance à être écouté du début à la fin, les compilations n’ont pas d’ordre d’écoute particulier.

Dans l’impossibilité de se replacer dans le contexte de chaque époque, il serait vain de faire la critique de telles chansons. Il faut juste savoir que certaines d’entre elles, les plus anciennes notamment, comme Kimi ni Sachi are ou encore Suisou, ont bénéficié d’un remaniement musical signé Miya, ce qui prouve que le groupe ne s’est pas contenté de sortir du réchauffé, bien que le simple fait de pouvoir réentendre des titres si souvent laissés de côté car non présents dans les albums suffit à donner le sourire à certains, ou à rappeler des souvenirs à d’autres. C’est peut-être pourtant cette retouche musicale qui déplaît, notamment aux grands connaisseurs, qui préfèrent le son peu travaillé de l’époque, plus dans l’esprit d’un MUCC à ses débuts. On regrette également l’absence de Tomodachi ga shinda hi, valeur incontournable de l’époque indie du groupe.

Pour résumer, COUPLING BEST et COUPLING WORST sont, pour les fans inconditionnels, deux petits concentrés de MUCC que l’on n’a pas l’habitude d’écouter, à se passer et se repasser en boucle. Peut-être pas indispensables pour les néophytes et les amateurs, les deux compilations contiennent tout de même une part, une moitié même, de ce qui a fait MUCC jusqu’à aujourd’hui. Ce serait quand même un mal de laisser ces chansons de côté, et puis, voilà peut-être là une façon intéressante de découvrir le groupe ?

Les +
- deux compilations qui regroupent des chansons qu'on a moins l'habitude d'écouter
- deux CD bien complets (15 et 18 pistes)
- le packaging original du COUPLING WORST

Les -
- la retouche de certaines anciennes chansons, ce qui fait peut-être ressentir quelque chose de différent
- le packaging de COUPLING BEST est un peu léger

★★★★☆
items liés
commentaires
blog comments powered by Disqus
publicités