Maldoror - She

chronique - 12.08.2009 00:00

She, un voyage dingue dans l'univers torturé de deux zigotos.

Maldoror est une nouvelle poétique, une épopée se hasarderont à dire certains, publiée sous le nom "Les Chants de Maldoror" dès 1868 par Isidore Lucien Ducasse. Mais il n'est pas question ici de littérature, bien que, forcément influencée, la musique n'en est pas moins dissociée. Maldoror c'est donc l'association de deux personnalités fortes, une fusion inestimable qui fera parler d'elle, encore maintenant. Quoi que si on y réfléchit bien, non, on n'en parle pas tellement de ce duo, c'est avec ces quelques notes d'introduction que l'on peut se permettre d'écrire une critique plusieurs années après sa sortie.

She est la seule relique de l'alléchante association des deux zigotos, une collaboration qui durait à l'époque depuis quelques temps déjà. Les deux messieurs étant chacun très actifs et productifs, cette association, non loin d'être évidente se devait d'être faite un jour ou l'autre... Que l'on s'entende bien, Masami Akita et Mike Patton, si ce n'est le début de leur prénom, n'ont pratiquement rien en commun hormis le fait de travailler avec des artistes similaires et d'être tout deux des artistes méritants et mérités, éclectique même pourrait-on dire. Car oui, on aime ou on n'aime pas, certaines compositions sont plus accessibles que d'autres, en bref, c'est un "choc des titans" que l'on espérait depuis longtemps et qui finalement n'est pas aussi fort que l'on aurait pus croire.

Un Mr. Bungle croisé avec Merzbow ? Un Peeping Tom, alors ? Le projet se rapprocherait plutôt d'un embryon de Fantômas qui aurait atterri par pur hasard dans la gueule du grand Merzbow. La première piste peut laisser perplexe, Butterfly Kiss ne dure que trente secondes et nous fait déjà entendre que la folie furieuse de Patton ne sera vraiment pas mise de côté. Lorsque qu'il y a inscrit Masami Akita et Merzbow sur le disque, on n'est sûr de ne pas s'être trompé sur la marchandise, il s'agit bien de cela, aucun des deux n'est mis à l'écart, aucun des deux n'est mis en avant plus que l'autre. En restant dans le domaine du rationnel et en étant tout à fait objectif, il n'est pas vraiment concevable d'attribuer de quelconques adjectifs à cette œuvre, une œuvre que l'on pourrait qualifier "d'alternative", moderne, qui ne cherche pas midi à quatorze heures et qui saura satisfaire les sympathisants et deux artistes.

Cette fois, la musique ne se fait plus sexuelle mais presque enfantine, le bondage est laissé de côté pour mettre en avant un aspect plus cartoonesque que Patton apporte de manière déconcertante via ses nombreux samples de dessins animés sur un fond noise qui se fait de plus en plus puissant et volatil, que Monsieur Akita saura mettre en valeur sur la longueur de l'album. She n'est pas de ces albums à prendre de manière totalement sérieuse, les enregistrements studio et la sortie chez Ipecac Recordings (le propre label de Patton) sont décevants, pas au point de ne pas savourer l'éclat sonore qui nous est offert jusqu'à la dernière goutte, mais décevant de par toute la retenue dont font part les deux compères. En concert, cela doit être une autre paire de manches. Aucun enregistrement "officiel" n'est à ce jour disponible, quelques bootlegs traînants de-ci de-là ne nous permettent pas de nous faire vraiment une opinion sur l'impact live de cette drôle de collaboration.

On s'y prend un peu tard pour réaliser une chronique complète d'un tel album, qu'il aurait mieux valu goûter encore tout chaud bouillant, ainsi on aurait pu espérer attraper des deux mains l'excitation provoquée par cette sortie que l'on attendait depuis longtemps (les enregistrements ont débuté en 1997 !). En bref, ce disque est une pure merveille pour qui sait tendre l'oreille et apprécier les moindres hurlements et extravagances des deux artistes, si vous n'avez jamais su aborder le moindre album de l'un des deux, alors She peut être un point de départ, parfait en ce cas. Un disque plutôt court (un peu moins de quarante minutes) mais qui s'apprécie d'un bout à l'autre. Une œuvre forte.

Avis : ★★★★☆
items liés
artistes liés
commentaires
blog comments powered by Disqus
publicités