OTOKAGE - Japanese Ninja Rock-Band OTOKAGE

chronique - 12.06.2009 00:00

Une invitation au voyage

OTOKAGE posait ses valises en France les 8 et 9 avril derniers, l’occasion pour nous de découvrir ce petit groupe sans prétention à travers leur album vendu spécialement lors de leur World Tour : Japanese Ninja Rock-Band OTOKAGE. Ce petit bijou de 7 pistes nous plonge dans un monde où ninjutsu, katana, nunchaku et musique ne font qu’un. La couverture est déjà très évocatrice quant à l’univers dans lequel évolue le groupe. Elle représente deux signes très distinctifs du Japon ancestral : un tomoe composé de quatre magatamas en spirale, symbolisant, selon les mythes shintô,les âmes de guerriers morts au combat, entourant un shuriken, arme de jet traditionnel des ninjas.

L’album commence sur les chapeaux de roues avec Ninpo Ranbu no Jutsu, véritable autoportrait du groupe. Tout y est : un titre suggérant le ninpo (doctrine universelle des ninjas), les jutsu (littéralement «technique»), une introduction épique digne des plus grands sentai, des riffs agressifs d’Onimaru, un duo basse-guitare et des synthés mimant à merveille les combats que livrent les membres du groupe et des refrains invitant à une amitié et une solidarité sans limite dans le but de soutenir leur village. Les autres chansons ne manquent pas non plus de clins d’œil à leur univers. Des bruits de fer s’entrechoquant aux accords de shamisen et aux cris des ninjas, tout est réuni pour une immersion la plus totale.

Les faiblesses de cet album ne sont pas nombreuses, mais ne sont pas pour autant inexistantes. Tout d’abord, les riffs sont assez classiques et on a, parfois, cette impression assez désagréable de «déjà entendu». La voix du chanteur connait aussi quelques faiblesses. Malgré une très bonne interprétation et le fait qu’il arrive à véhiculer pas mal d’émotions grâce à un chant lyrique, certaines notes, bien que peu nombreuses, sonnent faux et révèlent un léger manque de souffle chez Lee. Enfin, le packaging est assez soft… Très soft… Il est comparable à ce que l’on peut trouver dans notre pays quand on achète un single : une pochette cartonnée sans livret et le CD à l’intérieur. Assez sobre mais heureusement que le tout est relevé par une jolie couverture comme je l’évoquais un peu plus haut.

Intéressons nous maintenant au contenu musical de cet album. On peut grosso modo retenir deux tons principaux dans cet album : un ton très rock et dynamique et un autre un peu plus lent et mélancolique, les deux se mélangeant souvent au sein même des compositions. Asura, par exemple, bénéficie d’une instrumentation se rapprochant presque du metal sans pour autant pâtir d’un chant chaotique, tandis que guren, la chanson du méchant puisqu'il en faut bien une dans un monde de ninja, est d’autant plus calme que les petits accords de piano rajoutent à l’ambiance quasi-méphistophélique. Les soli sont très bien gérés par Onimaru et HITT, ils deviennent presque entêtants tant ils sont puissants et expressifs. Et pour finir, comment ne pas parler de la batterie de Kohinata, l’homme sans voix, qui se fond parfaitement bien dans la mélodie et marque parfaitement les soli?

Impossible donc, de ne pas succomber au charme de ce maxi-single lorsque l’on s’intéresse un minimum au rock et à la culture nippone. Musicalement classique mais très efficace, Japanese Ninja Rock-Band OTOKAGE plaira de par son invitation au voyage et son petit coté délirant. Fruit d’un concept bien rodé, il ne manquera qu’une petite pointe d’originalité et un packaging digne de ce nom pour faire de cet album un indispensable du genre.

Avis : ★★★★☆
items liés
artistes liés
commentaires
blog comments powered by Disqus
publicités